lundi 29 septembre 2014

L'écrivain national de Serge Joncour

Il y a deux ans, j'ai découvert Serge Joncour avec ravissement en lisant L'amour sans le faire.
Ce roman dont on avait peu entendu parler m'avait touché par sa simplicité et l'ambiance qui y régnait.
J'en ai d'ailleurs gardé un souvenir très fort.

Cette année, l'auteur revient avec un roman qui se déroule à nouveau à la campagne mais l'histoire est complètement différente.
Et là encore, j'ai beaucoup aimé.

Invité à Donzières dans le Morvan pour une résidence d'écrivain de plusieurs semaines, Serge, auteur de romans et parisien, se retrouve au coeur d'une petite société rurale. 
Il découvre un village et ses habitants, le libraire, l'hôtelière, le maire qui l'affuble du surnom "notre écrivain national.
Mais en feuilletant un journal, il découvre surtout Dora et une sombre histoire de disparition et de bataille écologique.
Un vieil octogénaire bravache a disparu et Dora et Aurelik, marginaux originaires des pays de l'Est, sont les coupables idéals.
Alors bien sûr, il serait préférable de passer ces quelques semaines tranquillement dans le village, mais l'attraction pour les ennuis est la plus forte...

A la fois tendre, drôle et parfois inquiétant, ce roman joue avec son lecteur et le balade d'un genre à l'autre au fil des pages.
Pour moi, c'est là que réside la plus grande réussite de ce roman.
Il oscille entre la chronique un peu comique du séjour de l'auteur, la description des relations parfois intrusives de la campagne et le thriller quand Serge commence à fouiner son nez partout.

Car oui, c'est aussi un thriller !
Le personnage se retrouve pris en plein milieu d'une histoire qui ne devrait pas le concerner.
Il est interrogé par la police, soupçonné de complicité de meurtre, molesté, accusé et se met à avoir peur de tout le monde, à suspecter tout ceux qu'il croise.
Fasciné et obsédé par Dora, il se laisse emporter par les évènements et ne sait plus comment s'en sortir.
Il est menacé, il à peur d'être trop impliqué et fait tout pour l'être.
Car Serge a le don de se mettre dans les ennuis.
Il fait tout pour ne pas passer inaperçu !

Mais ce roman est aussi une belle réflexion sur le métier d'auteur et sa complexité.
Est-ce un métier d'ailleurs et comment doit se comporter celui qui est invité tout frais payé pour faire l'écrivain ?
On découvre l'envers du décor, les pensées de celui qui doit assurer un atelier d'écriture mais n'a aucune idée, de celui qui se trouve face à un public qui ne sait pas écrire pour un atelier d'écriture, de celui qui se trouve dans un diner où il sert de faire-valoir.
Il faut être aimable et quoi qu'il arrive, il faut écouter la lectrice agressive ou celle qui croit tout savoir du roman.
C'est finalement un bel exercice de désacralisation de la figure sacrée de l'écrivain.

Et en toile de fond, la campagne est décrite avec une plume acerbe.
Je voudrais penser qu'il s'agit d'une caricature, hélas il existe de nombreux villages comme celui-ci, des lieux où chacun épie son voisin et davantage encore le nouvel arrivant, des lieux où on ne peut pas faire un pas sans que tous le sache.

Je ne saurais vous dire ce qui relève de la réalité et ce qui appartient à la fiction.
D'après les entretiens avec l'auteur, ce roman s'est écrit au fil du temps, en prenant des notes après chaque retour de voyages.
J'ai cherché au début de ma lecture si je trouvais l'auteur dans ces lignes et puis je l'ai écouté et j'ai finalement décidé de considérer qu'il n'y avait que de la fiction (avec un fond de vérité et peut-être un fond d'envie de la part de Serge Joncour ?).

Mais si vous faites un autre choix, je gage que votre lecture sera tout aussi bonne.




Un roman que je place dans mes pépites pour le non-challenge de Galéa











Merci à Decitre et l'opération Lecteurs Vip pour cette lecture. 




20 commentaires:

  1. Un auteur qu'il me reste à découvrir ! Tu fais envie ! ^-^

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Et puis ces livres sont assez différents, ça permet de varier le plaisir de lire ;^)

      Effacer
  2. Je l'avais déjà noté car il a une bonne presse mais avec ce billet, tu me décides à ne pas l'oublier. Un thriller villageois avec un écrivain au centre, ce n'est pas si banal finalement!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est vrai que je n'ai jamais lu une histoire pareil. Et puis le mélange de petit suspense, d'humour et d'auto-dérision fait du bien dans cette rentrée littéraire ;^)

      Effacer
  3. Un roman bien agréable, c'est clair !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, on passe un vrai bon moment et c'est déjà énorme :^D

      Effacer
  4. je garde un bon souvenir de L'amour sans le faire, alors j'espère lire celui-là bientôt!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ce petit roman m'avait aussi laissé un excellent souvenir, je crois que je vais continuer à lire les romans précédents de Joncour.

      Effacer
  5. Pourquoi pas, pour son côté thriller.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ce n'est quand même pas un Harlan Coben, je ne voudrais pas que tu sois déçue en attendant un suspens délirant ;^)

      Effacer
  6. J'avais BEAUCOUP aimé L'amour sans le faire alors je lirai celui-ci, c'est sûr!!!!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'avais trouvé que c'était un très beau roman, très doux. Celui-ci est différent, mais on retrouve une vraie tendresse chez Joncour. C'est inestimable par les temps qui courent ;^)

      Effacer
  7. Je suis hyper hyper tentée, je me fiche de savoir ce qui est l'ordre de la fiction ou du réel, j'ai vraiment hâte de m'y coller. Il est sur ma liste ;-)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Un bon choix j'espère. Je ne sais pas pourquoi je me suis laissée emporter par ce questionnement sur le fictif et le réel. D'habitude, ça ne me gène pas, mais là ça m'a obnubilée une dizaine de pages avant que je trouve une vidéo qui m'a permis de passer à autre chose.

      Effacer
  8. Un petit tag :)

    http://bgarnis.canalblog.com/archives/2014/10/04/30705609.html

    bises et bon week-end !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oh ! Merci d'avoir pensé à moi, je file voir :^)

      Effacer
  9. Il est dans ma pal mais je n'avais pas tilté que c'était lui qui avait écrit "l'amour sans le faire" dont j'ai tant entendu parlé mais que je n'avais pas osé tenter, craignant que ce ne soit pas le style de livres qui me plaise.
    Du coup s'il me plait je tenterai le précédent !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ces deux romans sont quand même un peu différents, mais il y a une grande douceur dans les deux. Tu t'amuseras plus dans l'Ecrivain National et tu seras sans doute plus attendrie dans le roman précédent. N'hésite pas à venir me dire ce que tu en auras pensé :)

      Effacer
  10. Je suis fan de Serge Joncour, autant j'ai aimé "l'amour sans le faire" que là ça été un coup de coeur. J'ai adoré les passages sur "UV" un super roman qu'il a écrit il y a bien longtemps et comment les lectrices le prennent à partie parce qu'elles elles viennent juste de le lire.
    Je me permets de mettre le lien vers ma chronique : http://ramettes.canalblog.com/archives/2014/12/29/31221518.html

    Bonne Année

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Tu me donnes envie de lire UV que je ne connais pas du tout. Je le note et je le lirai sûrement cette année :)

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...