jeudi 4 janvier 2018

Frappe-toi le coeur d'Amélie Nothomb

Je commence l'année avec un billet enthousiaste, une jolie lecture qui m'a enchantée et qui méritait bien un billet.
Cette lecture remonte pourtant au mois de novembre, quand j'ai réussi à attraper le dernier roman d'Amélie Nothomb dans ma petite bibliothèque de campagne.
Je l'avais repéré dès la rentrée littéraire de septembre et j'avais vraiment vraiment envie de le lire. 
Pourtant, comme beaucoup je crois, j'avais délaissé l'écrivaine belge depuis pas mal d'années. 
Après avoir beaucoup aimé les trois ou quatre romans que j'avais lu (dont un récupéré dans la bibliothèque d'un hôtel en Birmanie et lu à l'aéroport pendant le transit vers Bangkok...), j'ai trouvé qu'elle faisait toujours un peu la même chose et que c'était souvent trop rapide pour moi. 
Mais là, je ne sais pas pourquoi, j'avais vraiment envie de le lire. 
Et j'ai bien fait ! 

Marie est jeune, belle, c'est la reine de sa petite ville de province et elle entend bien en profiter. 
Mais quand le fils du pharmacien tout aussi jeune et beau l'approche d'un peu trop près, elle ne peut s'empêcher de lui céder, séduite par les regards d'envie qu'elle sent se poser sur elle. 
Et puis elle tombe enceinte, et puis il faut se marier.
Diane dort pendant toute sa grossesse, fuyant dans le sommeil le gâchis qu'elle pressent. 
Plus jamais elle ne sera jeune et belle, plus jamais elle n'aura la vie devant elle et c'est la faute de sa fille...

Amélie Nothomb déploie ici tout son talent pour camper ce personnage de mère qui ne veut pas l'être, de femme superficielle et finalement pas très intelligente. 
Sa fille devient son tourment et même si elle fait tout pour ne pas la voir, on sent toute la haine qu'elle peut avoir pour ce petit être et on devine qu'elle ne peut s'empêcher tout de même de l'aimer un peu. 
La première partie du roman est à la fois terrible et navrante. 
Cette mère qui ne peut pas l'être n'inspire même pas la pitié. 
Le texte est rapide, incisif, il décrit un processus implacable qui fait de Diane, sa fille, une enfant malheureuse qui n'a pourtant rien demandé. 
J'ai lu plusieurs billets qui regrettaient que la deuxième partie du roman ne soit pas à la hauteur de la première. 
Peut-être est-ce parce qu'elle se déroule dans mon milieu professionnel, mais je crois que je l'ai aimé encore plus que la première. 
Diane s'est éloignée de sa mère toxique mais s'est trouvé une mère de substitution qui l'est finalement tout autant. 
La conclusion du roman est à la hauteur des pages qui précèdent et surtout de l'auteure qui sait distiller une petite pointe de crime sans qu'on le voit arriver. 

Si vous cédez à la tentation, ce petit roman ne vous prendra que quelques heures et vous permettra peut-être de découvrir ou redécouvrir Amélie Nothomb.

C'est en tout cas un très bon cru que je vous conseille sans hésiter.






10 commentaires:

  1. Moi aussi, j'ai arrêté de lire du Nothomb depuis longtemps, mais ton billet m'a donné envie de m'y remettre! Je crois que je vais me laisser tenter. Jusqu'à présent, dans mes souvenirs, mon roman préféré est Métaphysique des tubes, donc à voir si celui-ci l'égalera...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du pur Nothomb, sec et rapide comme elle sait si bien le faire, mais c'est un très bon cru ! Je crois qu'il y a eu des romans beaucoup moins bons ces dernières années. C'est l'occasion de revenir la lire ;^)

      Supprimer
  2. J'avoue ne plus la lire depuis des lustres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça tournait un peu en rond depuis pas mal de temps et puis le nouveau Nothomb annuel, ça finit par lasser ;^)

      Supprimer
  3. j'ai l'impression que c'est le meilleur de ces derniers!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu les précédents, mais les avis étaient moins bons, c'est clair. En tout cas, il m'a beaucoup plu.

      Supprimer
  4. Les étudiants ont bcp aimé ce roman-là. Pas lu encore mais il me fait de l’œil. Il m'attend sagement sur ma table de nuit héhé !
    Des bisous et tous mes vœux de beau et de doux pour cette nouvelle année

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre qu'il plairait aussi à une partie de mes étudiantes. Je ne vois pas trop comment je pourrais l'intégrer à mon cours par contre, mais il apparaitrait sûrement dans leurs lectures si je leur demandais.
      Et une belle année à toi aussi Framboise :^)

      Supprimer
  5. Cela fait très longtemps que je ne l'ai pas lue...et je crois que je vais m'y coller quand il sortira en poche. Le thème me tente, j'aime Amélie, le personnage et ta chronique est convaincante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si cela ne te plait pas, l'avantage avec Amélie, c'est que cela ne prend pas trop de temps pour la lire X^D

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...