lundi 9 mai 2016

Laisser la mer l'emporter

L'immensité l'apaisait.
Là, face à la mer, son esprit trouvait un cadre à sa mesure.
Il laissait son regard dériver, le vide l'emplissait et ses pensées semblaient plus claires.

Il aurait aimé habiter là, face à la mer et pouvoir laisser sa vie derrière lui dès qu'il en sentait le besoin.
S'habiller, sortir dans le froid, la pluie ou sous le soleil, marcher d'un pas ferme et décidé vers la grève et ne plus se concentrer que sur cette ligne qui se dérobait un peu plus à chaque pas.

Hélas, il lui fallait chaque fois repartir pour des durées plus ou moins longues.
Sa vie n'était pas celle dont il avait rêvé, pourtant il fallait la vivre et ce n'était pas ici qu'il pouvait le faire.
Et puis ce n'était pas si terrible.
Son métier ne l'enthousiasmait guère, mais il était heureux de le faire la plupart du temps.
Il avait des responsabilités, ce qui le rendait libre d'agir à sa guise.
Il aurait aimé néanmoins avoir plus de temps à lui.
Sa journée ne se terminait pas en sortant du bureau et c'est sans doute ce qui lui pesait le plus.
Parfois, la fatigue aidant, il enviait la caissière du supermarché où il passait prendre des plats préparés insipides.
En quittant son travail après la fermeture, elle pourrait se concentrer sur autre chose, ses enfants, ses vacances, un bon bouquin, quand lui devrait rallumer son ordinateur pour finir ce mémo, corriger ce rapport, annoter ce projet.
Il savait que ce n'était pas tout à fait juste, mais l'illusion le rassurait sans doute.

Et puis d'un seul coup, tout lui revenait.
Qu'aurait-il fait réellement de tout ce temps ? De tout ce temps pour penser ?
Voulait-il vraiment pouvoir penser ? y penser ?

Avant que les larmes ne se forment, il se jetait furieusement sur son ordinateur et remplissait la liste de choses à faire dont il menaçait d'arriver à bout dans les prochains jours.
Rassuré, apaisé par cette liste qui s'allongeait de nouveau, il retrouvait alors ce stress qui le maintenait en vie tout en l'empêchant de penser.

Non, vraiment, la mer était trop dangereuse.



Je reviens à ce petit exercice d'écriture que j'ai délaissé quelques temps, inspirée par cette photo de la mer que j'aime tant. 
Comme toujours, il y a un peu de moi, un peu d'autre chose, un peu de mystère aussi. 
Je laisse votre imagination combler les trous qui sont énormes aujourd'hui et je vous invite même à le faire ^-^

D'autres textes chez Leiloona 











18 commentaires:

  1. Ce texte en dit long.... Je me retrouve un peu dedans.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'ai pensé à une situation qui n'était pas la mienne, mais je crois qu'on ne peut pas lutter contre son inconscient ;^)

      Effacer
  2. Un texte qui "parlera", j'en suis certaine, à beaucoup d'entre nous.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, sans doute. Il est assez ouvert finalement.

      Effacer
  3. Je rebondis sur ta phrase finale ... Ecrire est un peu tout ça, se projeter, se livrer, et se découvrir ! Je suis ravie que tu parles si bien de la sérénité de la mer ... Je le ressens dès que je la vois. :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'aime aussi la mer déchainée, elle apaise presque plus mon esprit je crois :^)

      Effacer
  4. Je n'écris plus depuis quelques temps, un peu peur de ce qui peut sortir de moi. Tu as bien fait d'écrire ton texte, on devine un peu ce qui t'appartient, et en même temps on s'en éloigne... Je t'assure que "caissière" ne permet pas spécialement de penser, si je peux te rassurer, mais seulement de se coucher morte de fatigue, ou de n'avoir envie que de s'abrutir devant la télé pour se vider l'esprit, c'est pas mieux. La mer permet ça par contre, c'est vrai, elle lave.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Il y a effectivement des périodes où il faut peut-être éviter d'écrire pour ne pas se voir trop clairement ;^)
      Et pour les caissières, je veux bien te croire oui. C'est une espèce de fantasme chez moi, mais je sais qu'elles ne doivent pas avoir un boulot facile quand même.

      Effacer
  5. Très chouette texte sur nos choix de vie et ce qu'ils impliquent. Et j'aime beaucoup ton paragraphe de paratexte. J'adore faire ça moi aussi : prendre des choses que je vis et/ou qui me touchent et en faire tout autre chose en fait. Je t'embrasse

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. ça se fait un peu tout seul parfois, je ne suis pas toujours maitre de mon clavier ;^) Des bises à toi aussi.

      Effacer
  6. Ha que j'aimerais habiter au bord de l'océan, qui sait peut être un jour !
    Hé oui, on fait des listes et on s'occupe et on bosse pour ne pas trop penser. Pascal le disait que sans le travail on serait fous, on ne pourrait pas vivre. Ouais, peut-être bien !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Mon rêve : une maison avec une baie vitrée qui donnerait sur la mer du côté de St Malo ! Je ne l'aurai sûrement jamais, mais c'est une de ces images qu'on garde en tête :^) (et quant à Pascal, j'ai envie de te dire que sans le travail, je trouverais quand même plein de trucs à faire...)

      Effacer
  7. Finalement on passe sa vie à faire des choix, du plus petit le matin (quelle confiture, quels vêtements) aux plus complexes (quel métier, quelles amours, des enfants ou pas) ce qui entraine autant de renoncements parallèles.....L'herbe est peut-être plus verte ailleurs mais au moins ici on la connaît.....C'est bien d'avoir un endroit pour réfléchir à tout ça....

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, on ne peut pas tout avoir, mais c'est ce qui nous permet de savourer ce que nous avons parfois ;^)

      Effacer
  8. Des propos touchants et que dire de cette difficile question des choix, de leur part de risque...

    RépondreEffacer
  9. Les choix... Penser qu'ailleurs l'herbe est plus verte, ou la mer plus bleue...
    La vie rêvée n'est jamais qu'un rêve ;-)

    Texte intéressant... "Le stress qui le maintenait en vie" interpelle...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, et c'est très bien d'avoir des rêves aussi. Mais l'essentiel est qu'il y ait quelque chose pour s'accrocher dans la vraie vie, ce qu'il n'a peut-être pas ;^)

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...