dimanche 9 juin 2013

La pluie avant qu’elle tombe de Jonathan Coe

Le mois anglais de Titine et Lou a cet avantage de m’amener à piocher dans les tréfonds de ma PAL.
Si le roman dont j’ai parlé hier n’y figurait pas, les suivants, par contre, ont été repêchés dans les profondeurs de mes archives et je ne suis pas mécontente de les avoir lus.
Je savais que ma PAL recelait de bien bons romans, mais voilà qui me le confirme.

J’ai néanmoins eu besoin de digérer ma lecture avant de pouvoir vous en parler, et je ne suis pas sûre que cela soit terminé.
Je publie donc mon billet en temps et en heure pour la lecture commune, sans toutefois avoir fait le tour de cette histoire si particulière.
Je dois aussi préciser que grâce à la SNCF qui a mis tant de mauvaise volonté à me ramener chez moi mardi dernier, j’ai lu ce livre d’une traite, en une seule journée et 5 heures de lecture, ce qui explique peut-être ce besoin de laisser décanter ma lecture.

Gill vient d’apprendre le décès de sa tante Rosamond.
Sans enfant, la vieille dame a souhaité que sa nièce s’occupe de régler sa succession.
Lorsque Gill vide la maison de Rosamond après son enterrement, elle découvre un lot de cassettes qu’elle met de côté. Elles sont accompagnées d’un mot lui demandant de les transmettre à Imogen.
Si elle se souvient vaguement d’une petite fille portant ce prénom et aperçue il y a plusieurs années chez sa tante, elle n’en sait pas plus et se demande comment contacter cette jeune femme qui lui est inconnue.
Après une recherche infructueuse, elle décide avec ses filles d’écouter les cassettes pour tenter de découvrir qui est Imogen et pouvoir peut-être la retrouver…

Comme vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé lire ce roman.
Sa structure m’a paru très originale, en multipliant les récits enchâssés d’une manière intéressante.
Il y a d’abord l’histoire de Gill qui écoute celle de Rosamond qui raconte celle d’Imogen.
Mais il y a aussi Gill qui est le support de cette histoire pour le lecteur, puis les cassettes qui contiennent l’histoire de Rosamond et les photos sur lesquelles elles s’appuient.
Le lecteur se confond alors avec la personne de Gill qui disparaît d’ailleurs pendant le récit de Rosamond.
On se retrouve plongé dans la lecture de ce que dit Rosamond, on s’installe dans le salon où Gill et ses filles écoutent, sans autres interruptions que celles qui s’imposent à Gill.

Quelle est alors la place du support ? 
Pour nous qui dématérialisons de plus en plus, que restera-t-il ensuite de ces instants que nous vivons ? De nos photos qu’on ne peut pas feuilleter ?
Certes, la lecture de ces cassettes presque antiques nécessite un outil, mais les photos semblent rester davantage lorsqu’elles sont imprimées.
Ce sont elles qui paraissent être à la source du récit de Rosamond.
Et d’un autre coté, sa vie semble se résumer à 20 clichés. C’est tout !

Un sentiment de tristesse émane alors de ce récit, de ses circonstances, de son contenu.
La vie de Rosamond a manqué de gaieté.
Seules deux années lui paraissent merveilleuses, le reste ayant été gâché ou sacrifié.
Elle a observé le silence et les incompréhensions chez les autres et chez elle, mais l’absence d’amour est ce qui fait le plus mal.
Elle a elle-même aimé Beatrix sans recevoir autre chose qu’un plaisir sadique à la torturer, plaisir qui s’est apparemment prolongé pendant 40 ans.
Comme l’avait fait sa mère avant elle, Beatrix a utilisé sa fille comme un souffre-douleur, un objet de rejet dont elle se débarrassait facilement.
Il n’y a pas de rachat ou de pardon dans ce livre.
Rosamond constate simplement le mal qui a été fait, sans accuser ou blâmer, ce qui renforce encore le malaise ressenti à la lecture.

Dans ce genre de roman, je me demande toujours pourquoi l’auteur est si cruel avec ses personnages.
Jusqu’au bout il en rajoute, assenant des coups plus ou moins durs, sans laisser le plus petit espace à l’espoir.
Les vies sont gâchées et le lecteur s’en extrait avec difficulté, tout comme Gill.
Certes, cela ne nous touche pas directement (elle non plus d’ailleurs), mais on n’en sort pas indemne et on ne peut qu’y réfléchir de façon plus personnelle.
Et puis cela pouvait-il finir autrement ?
J’attendais le dénouement comme une délivrance, sachant bien ce que j’allais y trouver.
Traçant des boucles de destins croisés, Jonathan Coe se doit de les clore les unes après les autres.

Il faut aussi ajouter un mot des paysages décrits dans le roman.
Il n’y en a pas beaucoup, et les descriptions ne sont pas longues, mais les images se constituent progressivement et m’ont fait forte impression.
Rosamond est censée décrire les photos pour Imogen, justifiant la présence de ces détails.
Et cela fonctionne parfaitement !
Je rêverais presque d’un séjour dans le Shropshire. Ces images sont d’autant plus impressionnantes qu’il s’y passe des scènes qui y sont étroitement liées.
Ce chien qui part en courant, par exemple, me reste en mémoire comme si j’avais vu la photo moi-même.
Les chiens sont sans doute aussi symbolique dans ce roman.

Pour finir, je garde le souvenir d’un roman magnifique, très sensible, qui me questionne sur plein de sujets et notamment sur la conservation de la mémoire.
Nous avons commencé à imprimer quelques photos à la maison, mais je crois qu’il faut que je continue et que je fasse des albums comme on n’en avait autrefois.
J’ai toujours des photos d’identité de ma sœurette et de mon frérot (et de ses enfants) dans mon portefeuille et je crois que ces images me sont nécessaires.

En bref, si vous souhaitez lire un bon roman qui vous fera verser quelques larmes, avec des personnages forts, une structure originale et de belles images, n’hésitez pas !!



Lecture commune avec Enna, Sylire a lu un autre titre, comme Denis et Val.

British month


PAL




23 commentaires:

  1. J'aime tout ce qu'écrit Jonathan Coe et celui-ci sort un peu de ses thèmes habituels. Effectivement il s'en dégage beaucoup de mélancolie et nous questionne sur notre rapport au temps. J'en garde un très beau souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je vais en garder un bon souvenir moi aussi. Et j'enchainerais bien avec la maison du sommeil un de ces jours :D

      Supprimer
  2. Tu donnes envie de le découvrir et tout comme le billet d'Enna et le commentaire de Titine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite surtout pas, c'est vraiment un beau roman, mais très triste.

      Supprimer
  3. Je n'ai pas été touchée par ces personnages. As-tu compris pourquoi l'image du chien qui s'enfuit revient à la fin?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? On ne peut pas tous s'y laisser prendre. Pour le chien, je crois qu'il s'agit de montrer que tout est répétitif et que les actions passées ont un impact sur les actions futures. C'est un peu comme si il avait écrit "c'est son destin". J'au aussi l'impression que ce chien qui s'en va bien qu'on l'aime montre à Beatrix qu'elle aurait dû faire pareil, elle qui n'était pas aimé. Il faut se détacher des gens qu'on aime et qui ne vous le rendent pas, comme Rosamond aurait dû se détacher de Théa ou de Rebecca. Mais je divague peut-être ;)

      Supprimer
    2. Moi j'aime bien ton analyse en tout cas!

      Supprimer
  4. il est chez moi aussi celui-là, je l'avais repéré chez George il me semble...je ne pense pas avoir le temps de le lire ce mois-ci, malheureusement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas grave, il faut en garder un peu pour les 11 autres mois de l'année ;)

      Supprimer
  5. j'ai hâte de continuer ma découverte des œuvres de Coe, un grand bonheur pour moi et pour toi aussi (on t'a vu pleurer dans le train alors !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me cache derrière le siège de devant et derrière mon livre ;)

      Supprimer
  6. Un roman que j'avais beaucoup aimé également.
    La SNCF a du bon, finalement....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais cela ne rattrape pas l'agacement du mois passé avec trois retards de plus de deux heures :(

      Supprimer
  7. Je l'ai lu il y a plusieurs années et j'ai adoré.
    Comme j'ai vu que c'était un roman un peu à part chez cet auteur, je n'arrive pas à me décider à en lire un autre, car j'ai aimé la sensibilité de celui-ci et j'ai peur de ne pas la retrouver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois bien que je vais faire comme toi. J'ai lu beaucoup de bien de la maison du sommeil aujourd'hui, mais j'ai peur qu'il reste longtemps dans ma PAL. D'un autre coté, celui-ci y a passé aussi plusieurs années et j'ai même hésité à le lire pour finir par le dévorer en une journée. Alors pourquoi pas un autre de l'auteur ? après tout, comme on dit chez moi, bon sang ne saurait mentir ;D

      Supprimer
  8. Je suis d'accord quand tu parles du fait que Rosamund observe les gens qui l'entourent. Elle est passée à côté de tant de choses...il y a comme un constat qu'on ne peut pas arrêter la vie qui passe mais c'est triste. J'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais d'un autre côté, elle observe des gens qui ont pris leur vie en main comme Rebecca ou même Beatrix à la fin, et ces gens ont été heureux. Cela me semble donc une incitation à ne pas se laisser aller à la facilité :)

      Supprimer
  9. Je n'ai pas lu ce roman de Jonathan Coe mais tu m'as bien donné envie de le lire, d'autant plus que j'avais beaucoup aimé Testament à l'anglaise et Bienvenue au club (mais pas trop La vie très privée de Mr Smith).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je vais lire la maison du sommeil la prochaine fois. ça a l'air pas mal aussi :)

      Supprimer
  10. C'est le seul roman que j'ai lu de cet auteur, mais je n'ai pas du tout été déçue. J'ai apprécié la forme très originale de ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que cela change. J'ai acheté la Maison du sommeil depuis, je le lirai prochainement je pense :)

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...