mardi 27 septembre 2016

L’incandescente de Claudie Hunzinger

Voilà ma troisième lecture pour cette rentrée littéraire !
Je vais à mon rythme, je l’avoue.
Ma pile à lire est haute pour cette rentrée (même si une bonne partie est dans ma tablette), pleine de beaux romans, mais ce n’est pas facile de trouver du temps pour m’y plonger (ce que je regrette évidemment).

J’ai tout de même trouvé le temps de lire ce roman assez singulier dont mon Kindle me dit qu’il faut 4h20 pour le découvrir.
C’est le progrès, on ne vous donne plus le nombre de pages mais le nombre de minutes qu’il vous faudra…

Quand Emma voit Marcelle pour la première fois, elle est subjuguée.
Un peu sauvage, originale, Marcelle se laisse approcher car elle aussi est tombée sous le charme d’Emma.
Elles se retrouvent au lycée puis s’inscrivent à l’Ecole Normale et c’est le début d’une relation incendiaire, mouvementée, faite de lettres, de télégrammes et de cartes postales envoyées, demandées, attendues.
Emma forte et solaire envahit Marcelle frêle et instable.
Alors que l’une avance et s’épanouit, l’autre se renferme et se délite…

Quel roman singulier !
L’écriture de Claudie Hunzinger est foisonnante, elle saute d’une époque à l’autre et part un peu dans tous les sens dans les premières pages.
En équilibre instable permanent, la narratrice raconte l’histoire de Marcelle et d’Emma (et de celles qui les ont entouré) à partir des lettres de Marcelle et des cahiers d’Emma.
On sent la difficulté qu’elle a apparemment ressenti à trouver un fil à tirer (et un seul), à se focaliser sur l’histoire et à se repérer dans la masse de courriers qu’elle a à affronter.
L’écriture suit ce cheminement de sa pensée en sautant d’un épisode à l’autre.
J’ai dû un peu m’accrocher, mais en quelques pages, on s’habitue ou le récit se stabilise pour nous accrocher et nous lier à Marcelle et Emma, puis à Hélène, Marguerite ou Thérèse.

Par contre, j’ai un peu souffert quand je me laissais aller au récit de ces années 1920 et que la narratrice revenait brutalement au présent en évoquant Sailor moon ou je ne sais quel personnage des mangas contemporains.
Ces télescopages ont sans doute un intérêt, mais j’avoue être peu adepte de ces aller-retours.
Le name dropping récurrent m’a aussi gêné.
Emma a apparemment croisée des personnes devenues célèbres pendant sa vie, ce qui est assez logique puisqu’elle appartenait à l’élite intellectuelle.
Mais c’est un peu appuyé et revendiqué, c’est dommage.

Mis à part ces bémols, l’écriture est travaillée, émouvante parfois.
L’histoire de Marcelle est touchante et tient le lecteur jusqu’à la dernière page.
Atteinte de tuberculose, elle est envoyée au Sanatorium de la Sainte-Feyre où elle est un peu laissée à elle-même.
Elle constitue une sorte de cénacle autour d’elle avec d’autres jeunes filles et puis erre de villa de montagne en chalet en espérant que chacune s’en remette, mais en se complaisant dans cette atmosphère de maladie hors du monde.
Les vies d’Emma et de Marcelle deviennent deux mondes parallèles qui ne se rencontrent plus qu’épisodiquement.
De lettres en lettres, la narratrice raconte qu’elle lit le mal-être de Marcelle, ou au contraire la volonté de ne pas voir ce qu’il se passe autour d’elle.
Les fleurs, les paysages engourdissent ou étourdissent et tout se mêle dans tourbillon plus ou moins apaisé.
On en sort un peu étourdi par ce morceau de vie passé à l’écart du monde, dans une atmosphère ouatée qui a finalement blessé Marcelle bien plus que l’extérieur.

Ce n’est pas un livre confortable, c’est un récit qui bouscule, qui est heurté, flamboyant ou lancinant.
En cette rentrée littéraire, c’est un roman original, dont on entend peu parlé et c’est un tort.

N’hésitez pas à vous couler dans cette écriture surprenante qui ne vous laissera pas indifférent pour découvrir Marcelle et Emma.















12 commentaires:

  1. J'aime beaucoup l'écriture de Claudie Hunzinger. Je lirai celui-ci, mais je commencerai par "elles vivaient d'espoir" qui évoquait déjà cette histoire. Il y aura apparemment un troisième livre centré sur son père : http://www.claudie-hunzinger.com/spip.php?article78

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai découverte dans ce roman et j'ai découvert qu'il y avait un premier volume. Mais la lecture de l'un n'impose pas la lecture de l'autre. Elle fait des liens, invite à lire le premier, sans obligation.
      Par contre, je confirme, elle le dit, elle va maintenant s'attaquer à Marcel, son père dont le passé est si trouble.

      Supprimer
  2. Oui il a l'air de qualité ce livre mais il ne me donne pas tellement envie. C'est bien de parler des livres dont peu de personnes parlent, ça change.
    Tu as un Kindle ?? T'es vraiment une rebelle toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un sujet original, j'avoue avoir hésité avant de le lire mais je ne regrette pas. J'ai découvert une auteure très singulière.
      Et pour le Kindle, en fait non ;^)
      Je lis sur ma tablette mais dans l'application Kindle. demi-rebelle donc :^D

      Supprimer
  3. Même si tu le recommandes, je crains que ce ne soit pas mon style...

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas du tout entendu parler de ce roman. Un tort apparemment,il a vraiment l'air très original.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il l'est et c'est étonnant que Grasset ne fasse pas plus de promo. Mais d'un autre côté, c'est un peu singulier alors ils comptent peut-être sur les lecteurs habituels de l'auteur pour en parler ou au moins pour le lire.

      Supprimer
  5. As-tu minuté ton temps de lecture, finalement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était assez conforme à ce que m'annonçait l'application finalement. Elle se base sur ma vitesse de lecture habituelle et comme je commence à avoir lu pas mal de livre dessus, elle est plutôt précise ;^)

      Supprimer
  6. Oh, tu me fais envie... j'avais beaucoup aimé, d'elle, "le langage des oiseaux" et "la survivance" https://dautresviesquelamienne.wordpress.com/2015/06/26/le-langage-des-oiseaux/ et https://dautresviesquelamienne.wordpress.com/2015/05/10/la-survivance/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu connais déjà, il y a des chances pour que tu aimes. J'ai parfois décroché, mais c'est son originalité qui m'a déstabilisée.

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...