lundi 11 mars 2019

Juste un peu de temps de Caroline Boudet


J'aurais pu publier ce billet vendredi dernier pour la journée du droit des femmes, ça aurait été drôle...

J’ai pas mal entendu parler de ce roman à sa sortie.
Il me tentait, mais je me demandais aussi ce que l’auteur pouvait bien avoir fait avec une histoire aussi banale.
Et puis un soir où j’avais besoin de lire un truc pas trop compliqué, je l’ai téléchargé sur ma liseuse.

Sophie n’en peut plus.
Trois enfants, un mari, une maison, un boulot, ses journées sont trop courtes et elle voudrait souffler un peu.
Mais comment faire quand il faut penser à tout, du vaccin des enfants aux chemises du mari ?
Engluée dans son quotidien, elle se demande comment elle va tenir, et puis, soudain, elle lâche tout…

En ouvrant ce roman, j’ai eu l’impression d’être dans le film Inception, vous savez, ce film où Leonardo Di Caprio ne sait plus trop s’il est dans la réalité ou dans un rêve lui-même dans un rêve, dans un autre rêve…
Les premières lignes du roman montrent Sophie qui peut enfin prendre une douche à 21h30, après avoir fini sa journée, mis sa maison en ordre, couché ses enfants.
J’ai commencé le livre à 21h36 dans ma salle de bain, alors que je venais moi-même de coucher mes enfants !
Et cet effet miroir dure une bonne partie du roman !
Caroline Boudet passe en revue les conséquences de la charge mentale avec une plume acérée.
Il y a la fatigue, la lassitude, l’envie d’être juste un peu seule de temps en temps, mais surtout seule dans sa tête et ça, ce n’est vraiment pas gagné.
Elle n’oublie rien de ces situations familiales qu’on connait aujourd’hui avec un homme qui a l’impression de « faire sa part », d’aider, de faire « ce qu’on lui demande ».
Oui, mais voilà, cela ne suffit pas et Sophie n’en peut plus.
Son mari va alors contacter leurs amis, ce qui donne lieu à des prises de parole tout aussi lasses et déprimées.

Mais à ce stade de mon billet, vous devez vous demander si c’est vraiment utile de le lire.
Si cette histoire raconte nos vies, on les connait déjà et on n’a peut-être pas envie de les retrouver dans un roman.
Oui, mais j’ai trouvé cela réconfortant de voir que je n’étais pas seule, je l’avoue.
C’est un peu comme le théâtre de l’antiquité et ses vertus cathartiques.
Voir Sophie se noyer dans son quotidien et prendre une décision brutale, c’est un peu le vivre par procuration (je vais néanmoins très bien, je vous rassure, mon boulot me permettant de faire ces pauses de temps en temps !).

Et puis c’est parfois drôle, souvent cinglant, sans prétention mais efficace.
Les pages sur la différence de traitement entre hommes et femmes quand on annonce une grossesse dans son entreprise, les copines jalouses, les hommes peu lucides, tout ceci est tellement vrai !

Alors si vous avez envie de vous sentir moins seule vous aussi, si vous voulez voir un peu ce que pensent les hommes mariés, ou les « bonnes » copines, n’hésitez pas ! 



https://www.netgalley.fr/


6 commentaires:

  1. Parfois, je me dis aussi qu'heureusement que le travail est là....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou ! Je comprends les mères au foyer qui mettent leur enfant à la crèche de temps en temps X^D

      Supprimer
  2. J'avais beaucoup aimé aussi ! 😊

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si je tenterai... comme tu dis, ça fait peut-être trop écho au quotidien... ::-) j'ai envie d'autres univers :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui alors là, ce serait râté mais j'ai beaucoup aimé quand même ;^)

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...