samedi 6 mai 2017

Désorientale de Négar Djavadi [Prix Audiolib 🎧📚]

J'ai écouté plusieurs livres ces dernières semaines et je trouve enfin un peu de temps pour venir en parler par ici. 
Il faut dire que le prix Audiolib approche bientôt de son terme et il va bientôt falloir faire un classement. 
C'est toujours un moment délicat, mais je sais malheureusement déjà que ce roman ne fera pas partie des 5 premiers. 

Dans la sélection du prix cette année, il y avait quelques romans qui me faisaient vraiment envie.
Désorientale était de ceux-là.
Et la déception en fut d’autant plus grande.
Pourtant, j’avais lu des billets de blog plus ou moins enthousiastes.
J’aurais donc dû être prévenue, mais je suis une fille optimiste.

En Iran, le Shah a transformé la royauté en dictature et la présence des Américains rend l’air irrespirable.
Pour Darius Sadr, opposant politique, la situation est difficile, et encore plus pour sa famille.
Kimia se souvient de cette enfance bousculée alors qu’elle attend dans une salle d’attente du service de procréation médicalement assistée.
Elle se remémore son enfance, la Téhéran d’avant, sa famille, ses oncles, les vacances…

Comme c’est souvent le cas dans les romans qui utilisent les flashbacks, la narratrice se souvient d’autrefois de façon un peu décousue.
Elle passe du présent au passé ou de l’Iran à Paris sans prévenir et il faut être particulièrement attentif, surtout en version audio.
Je crois que dans la version papier, l’auteure a joué avec la typographie, les numéros de chapitre, les titres, les notes de bas de page, ce qui doit aider le lecteur à suivre ou en tout cas, donner des indications.
C’est un aspect qui disparait complètement dans la version audio mais on s'habitue assez vite et on suit les évènements en ayant envie de connaitre un peu mieux cette famille. 

Mais hélas, Négar Djavadi n'est pas avare de clichés ! 
Et ça m'a profondément agacée. 
Je ne veux pas dévoiler toute l'intrigue du roman, mais l'héroïne lesbienne qui, comme par hasard, était un garçon manqué dans son enfance et ne supportait pas les filles, c'est un peu vu et revu. 
Elle précise qu'on pourrait penser que c'est un cliché, mais qu'en Iran, ce n'est pas le cas. 
Bon, soit, mais que faire alors du jeune américain riche qui vit à Paris, qui est beau et fait serveur pour occuper ses soirées ? Et les parents flamands qui sont tous les deux blonds et se ressemblent parce que ces populations du nord ne se sont pas métissés 😣 (non mais sérieux ? Et les Chinois se ressemblent tous ?) ? 
Alors oui, dans la très bonne interview à la fin du livre audio, elle dit qu'elle a voulu écrire un conte, mais cela n'excuse pas tout. 
Chaque fois que je me laissais emporter par la lectrice, paf ! Un nouveau cliché arrivait ! 

Du coup, je ne vais pas vous conseiller ce roman mais lisez le si vous en avez envie et allez surtout lire d'autres avis plus enthousiastes que moi. 


http://www.audiolib.fr/prix-audiolib









19 commentaires:

  1. J'ai aimé ce livre. Et j'ai beaucoup aimé le personnage de la lesbienne (qui est loin de n'être que ça) sans la trouver cliché.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ce n'est pas elle que j'ai trouvé cliché et effectivement, elle est bien plus que ça mais les remarques qu'elle fait sont parfois très simplistes quand même. Mais je crois que comme ça m'a énervé, je n'ai plus vu que ça :^/

      Effacer
  2. J'ai beaucoup aimé ce livre et n'ai pas relevé de cliché, comme quoi.... Je pense effectivement que le lire en version audio doit compliquer la compréhension du texte et empêcher de l'apprécier pleinement.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, cela m'arrive peu, mais là je crois que c'est vraiment mieux en version "papier".

      Effacer
  3. Bon...je pense que je vais passer mon tour alors, il ne me donnait pas plus envie que cela à la base.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Alors que moi, j'étais très intéressée. Peut-être trop. La révolution iranienne, le pays avant la fermeture, cela m'intéressait vraiment beaucoup. Mais en version "papier", ce doit être mieux.

      Effacer
  4. Ah, mince... j'avais vraiment beaucoup aimé !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je me suis focalisé sur les clichés et je ne voyais plus que cela ensuite. ça arrive, mais ça m'a gaché toute ma lecture. Tant pis.

      Effacer
  5. voilà http://mareteane.canalblog.com/archives/2017/02/28/34992820.html#commentsmon billet

    RépondreEffacer
  6. oh ben mince alors .... Toujours pas lu, mais ce 1er roman me fait drôlement envie ...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oh mais n'hésite surtout pas, il y a plein d'autres lectrices qui ont beaucoup aimé ;^)

      Effacer
  7. Le cadre ne m'attire pas, surtout en ce moment ou`je suis à nouveau en Angleterre en pensées...

    RépondreEffacer
  8. Ah ben mince alors, tu me refroidis drôlement... C'est exaspérant les clichés.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Cela m'a vraiment agacé mais apparemment, je suis une des seules qui a ressentit le texte comme ça alors si tu as prévu de le lire, n'hésite pas ;^)

      Effacer
  9. Une lecture qui ne m'avait pas passionné, mais je n'avais pas noté tous ces clichés.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Peut-être qu'ils sont plus visibles avec la version audio. Mais c'est apparemment moi qui me suis focalisé la dessus parce que personne d'autre ne semble les avoir noté ;^)

      Effacer
  10. je croyais t'avoir laissé un commentaire (mais c'était peut-être sur FB) Je n'ai absolument pas ressenti ces clichés dont tu parles et j'ai eu un coup de coeur pour ce roman tellement riche ;-) Lisez le!! ;-)

    RépondreEffacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...