lundi 18 janvier 2016

Animarex de Jean-François Kervéan [et un aveu honteux ^-^]

Quand je choisis une nouvelle lecture, je m'aperçois que je fais toujours un peu pareil. 

Je regarde le titre, l'auteur si je le connais, et je lis le synopsis. 
Parfois, l'éditeur a choisi un résumé qui en dit trop, parfois, c'est flou, parfois on ne trouve pas encore de résumé parce que le roman vient de sortir. 

Quand j'hésite, je vais voir sur les blogs des copines si quelqu'un l'a lu. 
Mais d'autres fois, je ne trouve rien ou je n'ai pas envie de chercher. 
J'échafaude alors des hypothèses à partir d'autres romans de l'auteur ou du titre, je pense à des thèmes ou des directions que pourrait prendre le roman, je crée tout un monde dans ma tête qui me permettra de savoir si c'est le bon moment pour lire le livre ou pas. 
(oui, je sais, parfois je ne suis pas toute seule dans ma tête je crois)

Et quelques fois, je l'avoue, je ne suis pas fière de ce que j'ai imaginé sur un roman avant sa lecture à partir de sa couverture ou de son titre.
C'est clairement le cas pour ce roman, mais comme c'est rigolo, je vais quand même vous raconter.
Parce que là, à ma grande honte eu égard à mes études de lettres, j'étais complètement à côté !

En voyant le titre "animarex", aucun reste de latin n'est venu du fond de ma mémoire.
Il faut dire que j'étais partie bien motivée mais l'ennui mortel de ce cours avait eu raison de cette entrain. 
Dans ce titre, donc, la première partie du terme a suscitée en moi des images d'animaux sauvages et de forêt, d'homme transformé en animal, de roi des animaux... 
Bah oui, anima rex, le roi des animaux ! 
La honte, non ? 
Oserais-je vous dire que je suis même allée jusqu'à me remémorer cette série pourtant jamais regardée qui s'appelait Manimal je crois (bon bah voilà, j'ai osé). 
Et en lisant le billet de l'Irrégulière, la lumière s'est faite dans mon esprit ! 
Non mais sérieusement, comme n'y avais-je pas pensé ? 

Ce roman parle donc d'un roi et de son âme, comme le dit le titre !!!
Animarex, ça signifie l'âme du roi, comme vous l'avez deviné, vous dont le cerveau suit des chemins plus logiques que le mien. 


Petit louis découvre la perte de ceux qu'on aime à la mort de son père et la disparition de la vie dans les yeux d'un lapin. 
Son âme le guette, elle attend le bon moment pour s'installer en lui et l'accompagner, mais il n'est pas très réceptif et la fait patienter. 
Plus grand, Louis découvre le sexe et les femmes, et puis un jour, il rencontre Marie et son âme le suit et guette l'apparition d'un sentiment différent. 
Louis sent que Marie est différente, qu'elle ne se laissera pas apprivoiser facilement.
Elle le déroute et se dérobe... 

On connait plus ou moins la grande passion de jeunesse de Louis14 pour Marie Mancini. 
Ses amours font souvent l'objet de téléfilms ou de documentaires, et on présente généralement Marie comme son grand amour, la seule femme qu'il aima vraiment. 
Sur ce point, le roman ne tranche pas mais choisit de se concentrer sur ces quelques mois où Louis a aimé cette femme. 
On le découvre dans plusieurs scènes isolées à des âges différents, puis il la rencontre et va la retrouver régulièrement avant de ne plus penser qu'à elle. 

Le choix de l'auteur est original, il me semble, et je n'ai pas vu beaucoup de romans qui s'attachent à cette période finalement. 
Mais son originalité va plus loin. 
Le roman est raconté par l'âme de Louis 14, une âme intemporelle qui navigue du récit historique à la chambre de l'auteur qu'elle observe pendant son sommeil ou ses heures d'activités. 
Elle ne cache rien des errances de l'écriture, des périodes difficiles, de la peur de finir le roman. 
C'est original, mais cela permet surtout d'insister sans en avoir l'air sur le caractère fictionnel du récit. 
Il n'est pas question ici d'étude historique, mais d'une variation sur un motif bien connu pour l'explorer en profondeur. 
Ce dont on parle, c'est réellement de l'âme du roi, de ses détours et de ses errements. 

Et effectivement, c'est assez fascinant de découvrir les petites faiblesses des grands personnages historiques, et je me rappelle de l'intérêt toujours grand du public pour les petites histoires quand j'étais guide. 
L'auteur joue ici sur cette curiosité pour "le petit bout de la lorgnette" en resserrant l'histoire au fil des pages sur l'histoire de Louis et Marie, sur leur chambre et leurs nuits. 
Son écriture sert le propos à merveille, parfois très contemporaine pour rappeler encore une fois qu'il s'agit d'un récit, parfois très romanesque mais toujours tournée vers les pensées de Louis 14. 

Il est vraiment dommage que ce livre ne soit pas plus visible parce qu'il le mérite. 
J'ai passé un très bon moment dans ses pages, notamment lorsque je passais dans le Louvre le matin pour aller au bureau et que je venais de lire la course de Louis et Marie dans les escaliers de ce même Louvre. 
Si vous le croisez, n'hésitez pas, vous plongerez quelques heures dans de bien jolies pages, même si cette histoire est d'une infinie tristesse.






14 commentaires:

  1. Ce roman me tente beaucoup notamment parce qu'il est écrit par Jean-François Kervéan dont j'adore les critiques qu'il fait dans l'émission "ça balance à Paris" ! Mais aussi pour son sujet ! tu m'as bien fait rire avec tes suppositions mais je ne suis pas sûre que j'aurais fait mieux ;) ! Je vais attendre patiemment que ce roman sorte en poche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, il va sûrement sortir en poche. J'espère en tout cas parce qu'il est injustement passé sous silence je trouve.

      Supprimer
  2. Tiens tiens, en pleine préparation de cours sur le XVIIe siècle et Molière, voilà qui pourrait me convenir à merveille héhé ;-)
    je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais oui, ce serait parfait ! Bon, là ça se passe un peu plus tôt, pendant la jeunesse du roi, mais l'esprit de la cour du 17e est bien rendu.

      Supprimer
  3. Le XVIIe, c'était "mon" siècle quand j'étais étudiante en lettres : fascinant. J'aime toujours les romans historiques qui se passent à cette époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a de vraiment sympa. Celui-ci est très original avec ses décrochés contemporains mais c'est intéressant de changer un peu du traditionnel roman historique.

      Supprimer
  4. Bah, on a tous le droit d'oublier son latin, non.....

    RépondreSupprimer
  5. Le décalage entre l'écriture apparemment très moderne et le sujet m'a refroidit jusqu'alors. J'y reviendrai peut-être quand il sortira en poche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est vrai que ça surprend au départ ! J'irais même jusqu'à dire que ça décoiffe par moment ! Mais oui, peut-être en poche :^)

      Supprimer
  6. Je regrette aussi qu'on n'en ait pas plus parlé, de ce roman, parce qu'il le méritait vraiment. Quant à Manimal... you made my day (j'adorais cette série)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est dommage ! C'est un joli petit roman et je ne sais pas pourquoi on ne l'a pas vu davantage. Espérons qu'il aura plus de succès quand il sortira en poche.

      Supprimer
  7. Je n'en avais absolument pas entendu parler, c'est fou...je vais ouvrir l’œil, si jamais je le trouve à la bibliothèque.
    Il est marrant ton petit jeu^^. Je pense que j'aurais fait la même erreur que toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est dingue ! Certains romans passent complètement inaperçues et on ne les voit même pas sur les tables des libraires.

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...