jeudi 23 août 2012

Tous les diamants du ciel de Claro


Après l’ennui du roman d’hier, voilà l’indécision pour celui-ci.
Je m’interroge effectivement pour savoir quel est mon sentiment depuis la fin de ma lecture.
Ce n’est pas un coup de cœur, mais il a un certain charme et son originalité est tout de même remarquable.
Il vaut vraiment le coup d’œil, mais c’est assez déstabilisant.

A Pont-Saint-Esprit, en 1951, Antoine a enfin un travail.
Orphelin élevé dans une famille d’accueil peu avenante, il vient d’être embauché par le boulanger du village.
Un peu instable, fasciné par l’image de la Vierge, il emporte comme chaque jour une miche de pain dans sa besace en rentrant chez lui.
Mais ce jour là, ce n’est pas un pain comme les autres. Il le propulse dans un état hypnotique qui le fascine et l’emporte dans les champs, dans la campagne, dans un délire continu et confortable.
Antoine fait trainer le pain aussi longtemps qu’il le peut, jusqu’à ce que les autorités mettent « à l’abri » les victimes de ces hallucinations collectives qui ont emportées tout le village.
A New York, Lucy s’est elle aussi perdue dans les vapeurs du LSD diffusé par la CIA. Mais elle sert également d’agent à Wen Kroy qui l’a prise sous son aile…

Ces deux récits vont évidemment se croiser.
Antoine rencontrera Lucy et ils feront un petit bout de route ensemble, ce qui permet de tenir un fil conducteur au milieu des descriptions hallucinées de délires multipliés.
Leurs histoires sont bien construites et j’ai navigué à vue entre les moments plutôt classiques d’un récit traditionnel et les descriptions des délires drogués.

C’est cette alternance qui rend d’ailleurs ce roman si inclassable.
Il ne s’agit pas d’un récit linéaire, mais on peut se laisser emporter par ces passages fantasmés.
Un détail suffit à l’auteur pour faire dériver la narration, la déformation se propageant à l'appréhension du décor, des évènements, de la vie même de Lucy.
Il y a ensuite l'autre aspect du livre, plus normé, qui raconte la vie de Lucy et celle d'Antoine.
Des États-Unis à Paris en passant par les Pays-Bas et l'Allemagne, Lucy a une vie fascinante, alors qu'Antoine s'est laissé enfermé par la drogue dès son adolescence à Pont-Saint-Esprit.
Bien malgré lui, il est devenu accroc et a vécu dans une espèce de nuage, par épisode.
Cette vie ouatée est bien rendue par ces pages qui s'enchainent sans véritable sens tout en permettant au lecteur de partager un délire qu'il n'est pas censé connaître.

Cette alternance entre des passages plus conformes à ce qu'on attend d'un roman et des divagations oniriques permet de suivre le fil et de refermer le roman en ayant réellement partagé une tranche de vie tout en ayant découvert une vraie plume originale qui remet en question les certitudes du lecteur.

Parce qu’il y a toujours un bémol, j’ai trouvé que la quatrième de couverture promettait des informations sur l’action de la CIA dans l’affaire de Pont-Saint-Esprit qui ne sont pas vraiment présentes dans le roman.
Mais cela n’a rien à voir avec l’auteur et son récit.

En bref, je ne saurais vous dire si je recommande ce roman tant il est particulier.
Il est effectivement difficilement classable, il ne rentre dans aucune catégorie et est assez complexe à décrire tant il est surprenant et original.
Je me demande d'ailleurs toujours (après plusieurs jours) ce que je pense réellement de cette lecture.

Je ne dirais qu’une chose : je vous encourage à vous faire un avis personnel et à revenir m’en parler dans les commentaires J









12 commentaires:

  1. Effectivement, ce bouquin a l'air particulier, je suis dubitative, ne sachant pas de quel coté tomber : envie ou pas envie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas te dire, tant il est spécial. Je crois qu'on peut le détester franchement, mais qu'il faut l'ouvrir pour se faire sa propre idée, car on peut aussi l'apprécier. En tout cas, c'est original et ça, ça fait du bien :D

      Supprimer
  2. Ca ne me dit rien du tout :-/ Et je suis tentée de dire tant mieux, un de moins sur ma liste ^^

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu ce roman en juin, pour le Prix du roman Fnac... Je suis assez d'accord avec toi, c'est complètement déroutant ! A tel point que je ne sais pas encore comment je vais réussir à en parler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis lancée, mais il y a sûrement des dizaines de façons de parler de ce roman tant il est différent. Bon courage pour ta chronique en tout cas :)

      Supprimer
  4. Un roman qui ne laisse pas indifférent, alors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, je crois qu'on peut le détester ou se laisser aller à l'écriture déjantée de l'auteur ;)

      Supprimer
  5. Bonsoir,
    Si besoin, voici un avis plus tranché : j'adore !
    http://irregulier.blogspot.fr/2012/09/claro-tous-les-diamants-du-ciel.html
    Je trouve qu'à l'heure actuelle, c'est peut-être l'auteur qui essaye le plus radicalement de renouveler le langage. le roman demande de la concentration, certes, mais on en est largement récompensé ! (Madman Bovary, du même auteur, est un autre délice.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois avoir lu votre billet sur votre blog. Les semaines passant, je crois bien que j'approche du même avis ;)
      En tout cas, il est pour le moment dans mon top 3 de la rentrée littéraire, notamment pour son originalité :D

      Supprimer
  6. Je ne l'ai pas terminé. Je n'ai même pas essayé d'aller plus loin, vu la quantité de livres à lire et, surtout, je venais de terminer un livre qui est mon grand coup de coeur pour cette rentrée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'était quoi ?
      Pour celui-ci, je crois effectivement qu'on accroche ou pas, il n'y a pas de demi mesure :)

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...