mercredi 16 mai 2012

Enola Holmes, tome 1, La double disparition de Nancy Springer


Il y a bien longtemps que ce roman était dans ma PAL et j'ai profité du S.T.A.R. pour l'en faire sortir.
Je l'avais croisé sur plusieurs blogs, et en tant qu'amatrice (ça se dit, ça ?) de Sherlock Holmes, je ne pouvais pas passer à côté.
Comme il s'agit d'une série, j'ai commencé très logiquement par le premier tome.

Enola est une jeune fille de 14 ans qui vit avec sa mère veuve à la campagne.
La propriété est bien assez grande pour elles, et leur permet de faire de grandes promenades à pied ou à bicyclette.
Mais hier, la mère d'Enola n'est pas rentrée de promenade !
Elle semble être partie peindre, comme elle le faisait presque chaque jour, mais son matériel est resté à la maison.
Restée seule avec la gouvernante, le mari et le fils de celle-ci, Enola s'inquiète, et finit par se résoudre à appeler ses frères à la rescousse.
Il faut dire que l'un d'entre eux est un brillant détective qui devrait retrouver leur mère sans problème...

Ce petit roman est sympa, mais je ne l'ai pas trouvé extraordinaire.
Je n'ai pas réussi à m'enthousiasmer pour ce que je lisais, bien que j'en ai vraiment eu envie.
Les billets que j'avais lu m'incitaient à y chercher ce qui fait l'attachement des lecteurs à ce personnage, mais je dois avouer que je n'ai pas trouvé.
Les pages se tournent néanmoins sans problème, j'ai eu envie de savoir ce qu'il se passait ensuite, mais plusieurs petites choses m'ont vraiment gêné.

D'abord, cette petite fille m'a semblé bien hardie pour son âge.
A 14 ans, pour une jeune femme, cette société victorienne imposait probablement plus de contraintes que ne semble en avoir Enola.
Certes, on nous explique que sa mère est assez libre d'esprit, qu'elle ne se préoccupe pas du qu'en-dira-t-on, ce qui justifie son éducation plus que relâchée.
Mais tout de même, comment peut-elle prendre le train, se promener dans Londres, se promener en vélo sans avoir peur ou sans être vraiment inquiétée autrement que pour les besoins de l'histoire ?
Elle a de la chance, oui, mais cela ne justifie pas les excès que se permet l'auteur.
D'ailleurs, à la fin du roman, elle ne s'arrête pas là puisqu'elle annonce qu'Enola envisage de louer un bureau sans autre document que sa bonne mine !
J'ai trouvé cela peu vraisemblable, et j'avoue avoir été gênée par ces extravagances dans un roman qui se veut dans la filiation de Conan Doyle où tout s'explique toujours si bien.

Ensuite, j'ai trouvé que les frères Holmes étaient trop peu présents.
Là, je vous l'accorde, c'est une critique très personnel.
Vu que ce sont les aventures d'Enola, c'est logique que ce soit elle l'héroïne, mais j'espère que les tomes suivants verront un rapprochement familial.

Enfin, quel aquarelliste partirait sans son matériel ? Le propre de ce genre pictural est justement de pouvoir se promener avec sans être encombré.
Mme Holmes a forcément un pinceau fétiche dont il lui aurait été difficile de se séparer ;^)

Ce roman est toutefois très bien écrit, et mis à part ces réserves qui sont toutes mon avis exclusifs et qui n'ont pas d'autre valeur, je l'ai trouvé prenant.
On se prend vite d'affection pour cette jeune fille un peu fofolle, délaissée à la fois par sa mère et par ses frères, cette enfant qui se croit responsable de beaucoup trop d'évènements survenus dans sa vie.
Pour tout vous dire, j'ai déjà acheté le deuxième tome ! Je lui laisse une autre chance de me séduire.

Si vous êtes fan de Sherlock Holmes et que vous lisez tout ce qui s'y rapproche de près ou de loin, si vous aimez les romans pour jeunes bien écrit, ce livre pourrait bien vous plaire.

Avec cette lecture, je sors un nouveau livre de ma PAL (pour y remettre le deuxième tome), et je participe au Sherlock big challenge pour la deuxième fois.





8 commentaires:

  1. le premier n'est pas le mieux, la deuxième partie du roman m'avait semblé un peu tirée par les cheveux, je te conseille de lire les tomes suivants qui sont de meilleure facture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que plusieurs lectrices m'ont dit alors j'ai acheté le tome 2, je laisse une nouvelle chance à Nancy Springer :)

      Supprimer
  2. J'ai lu les 2 premiers tomes, et peut-être même le 3e (quelle mémoire !), et j'avais bien aimé, il faudra que je lise les suivants ; bonne lecture à toi du 2e tome.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Catherine, j'espère que j'arriverai à m'y plonger davantage :)

      Supprimer
  3. Je me suis plonger dans ces romans avec plaisir, j’adore les romans Britanniques, Ils n’ont pas leurs pareils pour nous tenir en haleine, nous emporter dans un univers d’intrigue ou tout ce fini bien. Bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne finit pas toujours bien, les romans britanniques ;^)

      Supprimer
  4. Je suis bon public ! J'ai beaucoup aimé... tout, même les trucs les plus improbables !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La plupart du temps, je suis bon public aussi, mais parfois certains trucs m'énervent ;)
      Là, globalement, j'ai bien aimé quand même, et puis ça a finit par m'agacer. J'ai toutefois déjà le tome 2 ^-^ !

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...