mercredi 29 juin 2011

Chroniques Birmanes de Guy Delisle


Aujourd'hui, je vous parle d'une petite BD rafraîchissante ET utile, car elle parle d'un pays où la vie n'est pas facile.
Encore une fois, c'est une BD qui parle d'un pays que j'ai visité, ce qui fait que le récit de l'auteur me touche davantage. Mais je ne l'ai pas lu là bas. Je pense d'ailleurs que la censure aéroportuaire me l'aurait gardé.

L'auteur, Guy Delisle, a publié plusieurs BD comme celle-ci où il raconte sa propre histoire et sans doute aussi celle des expatriés et des locaux qu'il a pu croiser. Vous trouverez donc plusieurs destinations, comme Pyong Yang ou Shenzhen. Il a également publié des BD plus légères comme Louis à la plage.
Sa prochaine publication s'intitulera Chroniques de Jerusalem et reprend le même principe que les précédentes, à ceci près que Guy Delisle a publié un grand nombre de ces dessins sur un blog qu'il tenait pendant son "séjour" à Jerusalem. C'est donc un peu un livre que certains lecteurs ont pu voir se faire en temps réel et c'était vraiment très sympa.
Pour voir des extraits, c'est par ici, sur le blog de l'auteur, et ici, vous serez sur le blog tenu pendant le séjour à Jérusalem.

Guy et sa femme s'installent à Rangoon, en Birmanie,  pour quelques mois. La femme de Guy est médecin humanitaire et fait régulièrement de longues missions dans des pays qui en ont besoin.
Le couple s'installe progressivement avec leur bébé, séjournant d'abord dans une guest house puis trouvant une maison dans un quartier résidentiel.
Guy dessine, s'occupe de leur petit garçon et chacune de ses sorties est le prétexte à une petite histoire.
Il raconte l'admiration de ses voisins pour ce petit garçon aux cheveux blonds, la paranoïa des soldats, la vie quotidienne avec les coupures de courant et la censure, les missions de sa femme dans la jungle, le club house des américains, le supermarché vide...

Jamais complaisant, l'auteur parle de lui, de sa vie quotidienne, mais sans minimiser la difficulté des Birmans. Il dénonce les brimades subies quotidiennement sur un ton souvent sarcastique, mais toujours humoristique.
Il pointe les obsessions du gouvernement, la présence des soldats, les obligations contradictoires.
Il aborde aussi les problèmes liés à l'action humanitaire qu'il connait bien grâce au métier de sa femme, et comme ce n'est pas le premier pays dans lequel ils séjournent, il peut à chaque fois mesurer l'écart avec d'autres situations.


Il est aussi dans une situation privilégiée. Comme il travaille à la maison et s'occupe de son fils, il a un sujet de conversation tout trouvé avec les birmans, et le gardien de sa maison permet de traduire le minimum pour se comprendre. Les enfants sont l'un des seuls sujets dont on peut discuter sans être soupçonné de collusion avec l'ennemi !

Le dessin de Guy Delisle est aussi l'un des points qui m'ont fait apprécier cette BD, et je dois avouer que j'apprécie davantage encore depuis que j'ai suivi ses pérégrinations à Jérusalem. Sur son blog, il présentait son travail étape par étape, et ça, c'était chouette !
Vous l'avez déjà vu sur ce blog, je dessine un peu, ce qui fait que je suis sensible au travail minimaliste qu'il propose dans ses livres. Avec un feutre gris et un stylo fin noir, il parvient à créer des scènes à la fois simples et expressives, parfois remplies de détail que je ne peux pas m'empêcher d'admirer.
Je voyage aussi et la vie d'expat me fait rêver (eh oui, on ne se refait pas). Or j'ai retrouvé dans ce livre des tics que j'ai moi même quand je vais dans un autre pays, comme la visite du supermarché. C'est la première chose que j'ai envie de faire, mais à Rangoon, il n'y en avait qu'un à l'époque. Je l'ai donc retrouvé avec plaisir dans ce livre.

En bref, j'ai beaucoup aimé ce livre, que je conseille vivement si vous voulez en savoir un peu plus sur la Birmanie en passant un bon moment, ou si vous voulez lire une bonne BD.
Ce n'est pas léger, mais on rit et on sourit.






6 commentaires:

  1. Je garde un très bon souvenir de cet album... remarque également valable pour ses autres ouvrages d'ailleurs. Ses dessins sont réellement au service de ses propos je trouve. Un ton simple mais jamais simpliste.
    La sortie de son séjour à Jérusalem a été plusieurs fois reportée. Sais-tu si une date (définitive) est prévue ?

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas lu cet album mais du même auteur j'ai beaucoup aimé Pyongyang. Une vie simple dans une ville inconnue. J'aime ses petits dessins.

    RépondreSupprimer
  3. Voilà un auteur qu'il me reste à découvrir !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai également un bon souvenir de cet album qui accumule les anecdotes intéressantes de la vie de cet expatrié, ainsi que les (més)aventures de ce père au foyer. Certes, l’ouvrage distille des informations intéressantes sur le Myanmar et ses habitants, mais d’un point de vue un peu trop ‘touristique’ et sans vraiment surprendre le lecteur. La lecture s’avère donc très agréable, emplie d’humour et d’autodérision, mais le côté ‘spectateur distant’ m'a un peu frustré.

    RépondreSupprimer
  5. Sur le triptyque Shenzen/ Chroniques Birmanes/ Pyongyang, c'est ce dernier qui a ma préférence. Comme Yvan, j'ai trouvé les deux autres un peu trop touristiques, là où Pyongyang est nettement plus journalistique et dénonciateur. Mais il n'en reste pas moins que Chronique est un très bon album de bd. J'aime ces auteurs qui font de la bd un art toujours plus intelligent.

    RépondreSupprimer
  6. @ Mo' : sur le blog qui est actif en ce moment, il présente la couverture et annonce une sortie pour le mois prochain. Les dessins sont super biens, mais il parle aussi beaucoup du mur et de l'isolement des palestiniens.

    @ Mango : oui, c'est ce qui fait son charme. J'essaie de trouver Pyongyang à la bib, mais rien pour le moment :)

    @ Noukette : n'hésite pas, c'est drolement bien :D

    @ Yvan : Pour être allé en Birmanie, je peux te dire que les expats sont relativement protégés et la vie à Rangoon est également plus facile qu'à Mandalay ou Pagan. C'est peut-être ce qui donne cette impression.

    @ Yaneck : est-ce qu'il les a écrit dans ce sens là ? Parce que sinon, cela peut expliquer que le dernier soit le plus dénonciateur. Celui sur Jerusalem promet d'être bien aussi car il aborde plein de points comme le mur, les controles...

    RépondreSupprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...