samedi 4 juin 2022

Seizième printemps de Yunbo

Attention, pépite !! 
Je me suis remise à lire des bandes dessinées et quel régal quand on tombe sur de beaux livres comme celui-ci ! 
 
 
 
 
 
Yeowoo a cinq ans quand sa maman part et la laisse seule avec son papa. 
Incapable de s'occuper de l'enfant, il la confie à sa tante et son grand-père à la campagne. 
Yeowoo doit apprendre à vivre dans ce nouvel environnement où elle a perdu tous ses repères. 
Mais un jour, une nouvelle voisine, Paulette la poule, s'installe dans la maison d'en face...
 
Publié aux éditions Delcourt, cet album fait la part belle aux couleurs douces, pastels, avec des foisonnements de touches plus vives. 
Le dessin est doux comme une brise d'été, et on aimerait aller visiter ce village où Paulette et Yeowoo ont trouvé refuge. 
Les visages sont expressifs, fins, et le choix d'avoir mis en scène des animaux sert parfaitement le récit. 
On ressent toutes les émotions de Yeowoo et on a envie de la serrer dans nos bras. 
 
Le format à l'italienne donne un autre rythme au récit et permet d'admirer de pleines pages comme des tableaux. 


 
Le choix des prénoms est amusant et montre les liens de l'autrice coréenne avec la France où elle vit. 
 Chaque nouveau chapitre est illustré par une fleur et porte sur une année supplémentaire passée au village. 
Car Yeowoo, vous vous en doutez peut-être, va rester quelques années chez son grand-père et sa tante. 
Cette situation est effleurée et on n'en sait pas beaucoup plus sur l'absence de sa mère notamment (pour son père, on voit bien l'idée !) car l'histoire est centrée sur la petite fille qui grandit. 
Son caractère parait difficile, mais elle est surtout infiniment malheureuse. 
Paulette va apporter une touche de fantaisie et d'originalité dans sa vie qui prend ensuite un autre tour.
 
 
 
J'ai vraiment aimé cette histoire d'une vie qui se construit, de la peine qu'il faut assumer, de l'abandon qu'il faut accepter. 
Mais Paulette amène à réfléchir au regard que l'on porte sur ceux qui viennent d'ailleurs (une poule chez les renards...), ceux qui n'ont pas peur d'être eux-mêmes, bien que cela semble les isoler. 
 
C'est donc une très jolie histoire d'émancipation servie par un trait d'une douceur infinie que je vous recommande sans hésiter, y compris pour les enfants sans doute à partir de 8 ou 9 ans !!!



 
 


 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...