jeudi 14 juillet 2016

Le guépard de Giuseppe Tomasi di Lampedusa

Ah ! Les Classiques !
On devrait toujours revenir aux bons vieux Classiques de temps en temps.
Une petite panne de lecture, un coup de mou, une succession de mauvaises pioches à la librairie ?
Hop ! Un petit tour au rayon des Classiques et ça repart !

Il y a très très longtemps que je voulais lire ce roman.
J’avais envisagé de le lire en italien, mais mes séjours transalpins sont bien loin maintenant et je ne suis pas sure d’être encore capable d’arriver au bout de 300 pages d’une version soignée et recherchée de cette langue.
Et puis il y a de très beaux passages dont il aurait été dommage de perdre la saveur et tout les sous-entendus.

Don Fabrizio voit son monde sombrer peu à peu.
Ce grand seigneur, ce prince sicilien des temps anciens veille encore sur ses terres et sur ses gens, mais il sent que son temps est fini et qu’il ne lèguera pas à son fils ce que son père lui a lui-même transmis.
Il a déjà vendu tant de terres, la guerre va et vient, Garibaldi fait parler de lui et ses semblables disparaissent doucement corps et biens.
Mais il peut heureusement compter sur son neveu Tancrède pour le sortir de sa torpeur.
Héritier de la ruine de son père, admiré et adoré par Concetta la fille ainé du Guépard, il s’est engagé du côté des Républicains, suscitant la désapprobation et l’incompréhension de ses pairs…

Eh oui.
Dans ce petit roman, il est question d’amour et de politique, sujets on ne peut plus classiques en littérature qui sont ici admirablement mêlés.
Car si Concetta aime Tancrède, celui-ci la voit comme une sœur et quand survient Angelica, le sort en est jeté.
Mais je vous laisse découvrir la suite, ce serait dommage de la dévoiler maintenant.

Car l’histoire du Guépard est entremêlée sans cesse.
Il y a toujours un soldat qui passe, un jupon qui apparait, un bal où un général parade, un petit bourgeois qui se pique de politique…
On lit avec délice l’histoire sentimentale qui se noue, mais elle est intimement liée à l’ascension sociale, à l’Histoire, à l’évolution d’une société en pleine mutation.
Certaines informations peuvent d’ailleurs échapper au lecteur, tant elles sont liées à l’Histoire italienne.
Je ne suis pas une spécialiste et si je vois à peu prêt comment s’est déroulée la réunification de l’Italie, c’est loin dans ma mémoire.
Mais ce n’est pas si gênant car ce qui est décrit, c’est surtout l’évolution de la société et la disparition de la puissance aristocratique.

Et puis l’écriture est superbe, même si très traditionnelle et un peu compassée parfois.
Le roman fonctionne par scène ou par tableau, dans un salon, dans une salle de bal, dans la campagne sicilienne…
Les portraits sont magnifiquement brossés, on s’attache immédiatement aux personnages qui apparaissent sous nos yeux.
La description des paysages est également magnifique et donne envie de prendre un billet d’avion immédiatement pour aller la voir de nos propres yeux.

Mais il y a un gros mais.
Lampedusa a écrit son roman, puis il a considéré qu’il était terminé avant d’y revenir.
Cela donne parfois une impression décousue entre les chapitres avec de très grosses ellipses.
On a envie d’en savoir plus, de suivre les personnages dans leur vie, de savoir ce qu’ils deviennent.
Heureusement, dans mon édition (Point2), j’avais un chapitre supplémentaire qui était dans un cahier perdu puis retrouvé et qui termine le roman en racontant ce que les personnages sont devenus 30 ans plus tard.
Sans ce chapitre, j’aurais été vraiment déçue de ne pas savoir et j’aurais moins apprécié ma lecture.
Mais cela doit laisser plus de place à l’imagination…

J’aurais adoré lire et étudier ce roman pendant mes études littéraires.
Il y a des passages où l’on sent qu’il y aurait tant à observer et surtout à lire entre les lignes.
Je n’ai donc qu’une chose à dire : lisez ce roman !

Et moi, je file voir le film…







10 commentaires:

  1. je ne l'ai toujours pas lu et pourtant, il est dans ma pal de livres italiens - je me tâte encore

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je crois qu'il faut trouver le bon moment ;^)

      Effacer
  2. Je l'ai lu, mais j'ai surtout les images du film, vu et revu, et re-revu !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'imagine, oui. C'est un roman très visuel et le film doit être magnifique. Il est au programme chez moi et c'est pour bientôt :^)

      Effacer
  3. Je l'ai lu, il y a longtemps mais pour moi aussi, ce sont les images du film qui me reviennent davantage

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Il est dans mon placard ce film ! Il va vraiment falloir que je le regarde !

      Effacer
  4. J'ai adoré ce roman... il est dans mes projets de relecture...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, je comprends. C'est vraiment un beau roman, même s'il me laisse un petit goût de trop peu ;^)

      Effacer
  5. Pas lu le roman mais tu donnes envie de le lire donc dès que j'ai du temps je jetterai un coup d'oeil. Le film est superbe !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Il faut faire attention à l'édition que tu choisis. Il y en a qui sont incomplètes. Et vraiment, il faut que je regarde ce film ;^)

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...