mercredi 25 novembre 2015

Le goût des pépins de pomme de Katharina Hagena

Ces derniers temps, j'ai lu et puis j'ai oublié de vous en parler.
Peut-être même ai-je oublié les romans que j'ai lu en fait.
Ce n'est pas très bon signe, mais cela ne veut pas dire que ces romans étaient mauvais.
D'ailleurs, quand je me suis aperçue que j'avais oublié d'écrire plusieurs billets, ce roman m'est revenu tout de suite.
Il aurait donc été dommage de ne pas vous en parler.

Pour l'enterrement de sa grand-mère, Iris revient dans le village où elle a passé de nombreuses vacances dans son enfance.
Le souvenir des pommiers en fleurs, sa cousine Rosemarie et son amie Mira semblent hanter les lieux et elle ne souhaite pas s'attarder.
Mais à l'ouverture du testament, elle apprend que sa grand-mère lui a légué la maison de la famille.
Un peu déboussolée, Iris reste quelques jours pour prendre une décision.
Garder ou non la maison n'est pas un choix facile et ses souvenirs vont en profiter pour remonter un à un...

Je dois avouer que j'ai passé un bon moment dans ce roman.
Quand je voyage, j'aime bien que ma lecture "colle" à ma destination.
Comme j'allais à Berlin en septembre dernier, j'ai extrait Le Goût des pépins de pommes parmi les quelques romans allemands qui y séjournent.
C'était une bonne occasion, parce que j'ai lu des billets mitigés sur ce livre et j'hésitais à le lire.
Et puis finalement, c'était plutôt sympa.

Ce livre est à classer dans les petits romans feel good.
Avec une structure simple, il raconte comment Iris remonte le fil de ses souvenirs pour accepter ceux qu'elle a refoulé et découvre en même temps de petites informations sur sa famille.
Elle se remémore sa grand-mère et les mois d'été passés dans la grande maison de la campagne allemande, les sorties en vélo, les bêtises de gamines et les moments doux.
Le secret de famille annoncé sur la quatrième de couverture n'est pas là où on croit et n'est sans doute pas vraiment un secret, mais ce n'est pas le plus important.
C'est un roman des petites choses, des petits détails, des ressentis.
L'auteur dit parfois des choses très dures avec des mots doux qui passent presque inaperçus pour le lecteur.
Roman des petites choses, des petits détails, un rien est signifiant et évoque un souvenir.
Les images sont faites de ces petits détails qui composent un tableau très visuel du souvenir d'Iris.
Le résultat est très doux et bien qu'il y ait parfois des scènes très particulières (Bertha la grand-mère boit de l'alcool avec ses petites filles de 12 et 13 ans !), on y retrouve un parfum d'enfance enfuie et de vacances d'été.

Le défaut de cette structure simple, c'est tout de même aussi de ne pas donner beaucoup d'informations sur les personnages secondaires dont beaucoup sont simplement effleurés.
C'est sans doute ce qui donne cette impression de douceur mais rend aussi le roman un peu superficiel, et on a du mal à voir vraiment les personnages évoluer ou les sentiments se former.
C'est donc plutôt une histoire du dévoilement qui fait apparaitre ce qu'il y a au fond de chacun depuis toujours plutôt que l'arrivé de quelque chose de nouveau.

Cela reste néanmoins un roman très sympa à lire.
Il vous permettra de passer un bon moment, de faire une pause au calme de ses pages et de vous plonger dans la campagne chaude de l'été.
Parfait pour un voyage en Allemagne, il sera très bien aussi sous un plaid en hiver ou sous un pommier en été !

Et une petite citation pour finir :

"Les histoires que l'on me racontait étaient-elles plus vraies que celles que je fabriquais moi-même à partir de souvenirs épars, de suppositions et de choses apprises en écoutant aux portes ? Les histoires inventées devenaient parfois vraies au fur et à mesure, et nombre d'histoires inventaient la vérité."




18 commentaires:

  1. Je n'ai pas prévu d'aller en Allemagne dans les mois qui viennent donc je vais passer mon tour sans regret ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu la même impression en le terminant, et concernant les livres non chroniqués, je commence à en avoir un petit paquet aussi à mon actif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'avantage, c'est qu'on n'est pas à court de billets de blog ;^)

      Supprimer
  3. Je l'ai lu à sa sortie, j'en attendais beaucoup et j'ai été déçue. Du coup je n'en garde aucun souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne m'étonne pas vraiment. C'est un petit livre léger, mais parfois trop léger.

      Supprimer
  4. Je me souviens d'avis plutôt positifs, sans excès, comme le tien... ;-) toutefois, je ne suis pas sûre que ce soit pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela manque de quelque chose, d'unité peut-être ou d'un fil narratif plus puissant.

      Supprimer
  5. Une déception pour ma part. J'en attendais trop, je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais lu des billets mitigés alors je savais que cela pouvait être une déception. Du coup, j'ai dû être favorablement influencée ;^)

      Supprimer
  6. J'avais bien aimé, mais sans plus...une lecture sympathique quoi!

    RépondreSupprimer
  7. Ton billet me fait penser au "parfum de l'herbe coupée" qui évoquait un peu les sensations d'enfance aussi, mais c'était sur un format court...bref, sympathique mais sans plus j'ai l'impression...je vais passer (même si le titre est chouette)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, passe sans hésiter. C'est vrai que le titre est sympa, mais bon, voilà. Sans plus.

      Supprimer
  8. Je n'ai pas du tout été emballée par ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait. J'avais envie de le terminer, mais je reste clairement sur ma faim. C'est dommage, l'idée était bonne.

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...