dimanche 11 octobre 2015

Un giro a... Genova !

Aujourd'hui, je vous emmène à Gênes pour une promenade très différente.
Alors que Turin reflétait les aménagements des 18 et 19e siècle, et plus tard de Mussolini, Gênes au contraire conserve un très beau quartier ancien qui côtoie les grandes avenues du 17e siècle.




De France, c'est très facile d'accès.
En longeant la côte, il faut deux heures pour rallier cette ville vraiment surprenante qui se découvre à pied.
Lors de notre séjour, nous avons découvert la circulation à l'italienne, les petites ruelles étroites où tu crois que ta voiture ne passera jamais, les échafaudages qui s'appuient sur les façades opposées des rues tant elles sont étroites...
Notre hôtel se situait dans le coeur historique et nous avons aussi découvert les hôtels qui occupent seulement quelques étages dans un immeuble d'habitation.
Je me souviens encore de la vue de notre fenêtre sur une ruelle sombre, et de cette terrasse ensoleillée qu'on apercevait un peu plus loin, comme une promesse de douceur, de jardin suspendu et de farniente.




J'ai passé quelques jours à Gênes et je connais beaucoup moins que Turin, mais j'en garde une image éblouie.
Les deux quartiers principaux de la ville reflètent vraiment son histoire, et les amateurs seront ravis.
On raconte parfois que la peste est arrivée par Gênes en Europe.
La raison en est simple, c'était un très gros port de commerce.
La vieille ville s'ouvre donc sur le port, trop moderne aujourd'hui et à l'époque coupé par une autoroute suspendue qui a disparue il me semble.




Dès le port, vous serez charmé par les palais et les jardins qui ont été restaurés et présentent des façades colorées magnifiques.
Quand on a le temps de les visiter, on a l'impression d'entrer dans la vie des doges et des aristocrates italiens des siècles qui nous ont précédés.
Certains palais sont encore meublés à l'identique, et c'est souvent superbe.




Derrière les palais et les rues couvertes du port, vous pourrez entrer dans les ruelles moyenâgeuses qu'on appellent aussi "vicoli" (petite rue en italien).
De nombreux cafés vous permettront de goûter un tramezzino, un panino, ou de commander un café serré au bar.
J'ai souvenir d'avoir gouté ici mon premier sandwich à l'omelette !




Le quartier ancien est entouré de murailles dans certaines parties.
Quand on est entré par le port et qu'on découvre ces tours et ces murs, c'est impressionnant et ça marque vraiment la différence entre les deux quartiers.




Vous pourrez aussi voir cette église, le duomo San Lorenzo, beau spécimen de l'art piémontais avec cette façade bicolore.
Mais beaucoup d'autres églises, petites ou grandes, vous surprendront dans la ville.




L'une des attractions de la ville, c'est aussi la maison natale de Christopher Colomb !
Nous avons découvert pendant notre voyage qu'il était génois, alors qu'on le pensait espagnol.
C'est une gloire locale dont vous entendrez certainement parlé.




Si vous voyagez avec des enfants, l'aquarium situé sur le port pourra aussi constituer un temps fort de votre visite.
Et l'avantage de Gênes au printemps ou en été, c'est aussi la proximité de très beaux petits villages de bord de mer aux maisons très colorées qui miroitent sous le soleil.

Bon voyage !






14 commentaires:

  1. superbe reportage! une ville méconnue, avec des trésors!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui Eimelle, j'ai l'impression qu'on en parle pas beaucoup alors qu'elle mérite vraiment un petit séjour.

      Effacer
  2. Très beau reportage qui donne vraiment envie d'y aller ! A programmer en même temps que Turin peut-être...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Exactement ! On peut faire une boucle en passant par la côté à l'aller et remonter ensuite par l'autoroute avec un stop à Turin. C'est ce qu'on avait fait d'ailleurs en partant d'Avignon ;^)

      Effacer
  3. Je ne suis pas du tout fan de Gênes ou Turin, vraiment pas. Félicitations tu as réussi à sublimer cette ville à mes yeux. Cela fait quelques années que je n'y suis pas allée (10 ans) mais j'y allais plusieurs fois par an lorsque j'habitais en Corse ... Florence, San Giminiano et Sienna sont mes préférées ♥ Bises

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. La première fois où j'ai mis les pieds à Turin (juste après Gênes), j'ai trouvé ça vraiment moche, vide (un dimanche) et sans intérêt. Mais c'est une ville qui s'apprivoise. Gênes par contre, m'a vraiment plu. Mais si tu y passais pour aller en Corse, je comprends. Le port était gris et triste, et ne respirait pas la santé. Mais en remontant, on découvre des rues sympas je trouve. Mais bon, peut-être que j'étais influencé par ce petit weekend en amoureux de notre jeunesse ;^)
      Florence et Pise sont pour la semaine prochaine.
      Quant à Sienne, pour moi, on ne joue pas dans la même catégorie, et c'est pour ça que je la garde pour la fin :^D

      Effacer
  4. Je n'ai fait que passer à côté de Gênes par l'autoroute sans m'arrêter, et tu me fais le regretter... quoique y aller en voiture doit être un peu stressant, tant qu'on ne l'a pas laissée quelque part !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est exactement ça ! Il faut vite trouver une place de parking, et la ville monte et descend, ce n'est pas simple. Mais ensuite, à pied, c'est génial et on peut prendre le temps de découvrir :^)

      Effacer
  5. Tu me donnes envie de redécouvrir Gênes! J'y suis passée il y a plus de 50 ans, enfant, j'avais été frappée par les ruelles étroites, ombreuses et presque fraîches en plein mois d'Aout, j'ai un souvenir de ruelles sordidees mais peut être cela a été rénové.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Le sordide est parfois une affaire de ressenti ;^) La ville a été rénovée mais les ruelles de la vieille ville sont toujours aussi sombres et noires, bien que propres tout de même. Il y a beaucoup de touristes et il faut les soigner.

      Effacer
  6. Je ne connais pas du tout, tu donnes envie de découvrir (avec les petits villages alentour).

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, la région a l'air vraiment magnifique aussi !

      Effacer
  7. Gène était carrément une plaque maritime tournante au XVIIe siècle, j'y pense toujours avec émotion (maintenant c'est où on va prendre le bateau quand corsica ferries est en grève ;-)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, d'où l'arrivée de la peste par la ville quelques siècles plus tôt d'ailleurs. On le voit bien quand on regarde où se situent les palais, la vieille ville et les entrepots. Ce n'est pas l'aspect le plus esthétique de la ville, mais il symbolise parfaitement cette activité maritime !

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...