mardi 3 décembre 2013

Esprit d’hiver de Laura Kasischke

Voilà un livre très présent sur les blogs en ce moment.
Il faut dire que l'auteure Laura Kaschichke n'en est pas à son premier roman et d'autres avant celui-ci ont déjà fait parler d'eux.
J'ai beaucoup vu Les revenants par exemple depuis qu'il est sorti en poche, et je l'ai moi-même ajouté à ma PAL.
Comment résister alors lorsque Price Minister a proposé d'envoyer ce livre aux blogueurs contre une critique ?

Holly est mal réveillée.
En ce matin de Noël, le réveil n'a pas sonné et il est déjà 10h quand elle sort de son lit.
Tandis que son mari file en vitesse à l'aéroport chercher ses parents, elle se lève sans trop savoir par quoi commencer.
Il lui faut préparer le déjeuner avant l'arrivée des invités, mettre la table, s'habiller et apparemment, il lui faut aussi réveiller sa fille qu'elle n'entend pas s'agiter dans la maison.
Mais une pensée l'obsède depuis le réveil, une pensée qu'il lui faut noter avant qu'elle ne disparaisse, une pensée qui s'est manifestée juste avant le réveil et qui risque de disparaître si Holly ne la fixe pas, une pensée inquiétante, une menace qui pèse sur sa famille...

Ce roman démarrait bien avec un début pareil.
Le résumé était alléchant et je m'attendais à lire un bon thriller bien conçu, avec des fausses pistes, des menaces et une résolution finale qui explique tout.
Oui, mais voilà, ce ne fut pas le cas.

Je crois que la raison principale réside dans ce brouillage des genres.
Il me semble que ce roman souffre d'un mélange des genres un peu déstabilisant pour la lectrice que je suis.
Je croyais lire un thriller, et je me suis retrouvée dans un roman psychologique, un huis clos entre deux personnages (ou trois ?).
Ce changement de direction m'a déstabilisé et je ne savais plus ce que je devais attendre du roman.
Mes attentes était déçues, et dès la page 80 j'ai attendu qu'il se passe quelque chose, que la fin arrive.

Malgré cela, les pages de ce roman se sont tournées sans difficulté.
Je ne me suis pas forcée pour le finir et j'avais tout de même hâte de connaître la fin.
Du coup, j'aurais aimé que l'histoire s'accélère dans la dernière partie, mais là encore, je crois que j'étais restée sur mon idée de thriller.
Comme ce roman n'en est pas un, il fonctionne nécessairement autrement.

Mais parlons un peu de la fin (sans la dévoiler évidemment).
Je ne sais pas si je lis trop de polar et de thriller mais je l'avais deviné.
Il y a donc eu peu de surprise à découvrir ce que Laura Kasischke avait imaginé.
Les reprises incessantes que fait l'auteur finissent par être agaçante et sont trop visibles dans le fil du récit.
Les grands yeux de Tatiana, l'insistance sur la description de sa fille bébé, la blancheur bleutée de sa peau, son odeur de shampoing, tout cela obsède Holly, je le conçois, mais ce sont également des panneaux affichés trop souvent à mon goût.
Je n'insisterai pas non plus sur l'obsession de Kasischke pour le shampoing L'Occitane mais j'espère qu'elle en a reçu un plein carton pour leur faire une telle publicité.

Finissons tout de même sur une note positive.
Le récit de Holly en ce jour de Noël alterne avec des moments de réminiscence où elle se souvient de ces deux voyages au cours desquels elle a découvert la Sibérie et les orphelinats russes.
Le choc culturel est logiquement brutal entre ce couple d'Américains moyens et une réalité froide et distante où les enfants sont une marchandise comptable qui doit arriver sans défaut auprès de ceux qui l'ont payé.
Mais Holly se souvient également de l'origine de cette adoption.
Les femmes de sa famille ayant toutes souffert de la même maladie, elle a opté pour un choix radical, ce qui l'a obligé à se tourner vers l'adoption.
Ce choix médical me semble pour l'instant assez américain, mais il fait tout de même réfléchir et l'on ne peut que s'interroger sur ce que l'on choisirait dans une situation analogue.

En bref, je dirais que si vous connaissez déjà Laura Kasischke, si vous aimez les romans psychologiques, les huis clos un peu angoissant, ce roman pourrait vous plaire.


Ce billet contient beaucoup de « je » car il présente mon point de vue ultra personnel.
Il y a évidemment des blogueurs et beaucoup de lecteurs qui ont aimé alors n'hésitez pas à vous faire votre propre idée.









16 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui, pour moi aussi comme tu peux le voir. Je lirai les Revenants qui est dans ma PAL, mais pas tout de suite sans doute.

      Effacer
  2. J’ai publié également un avis sur ce roman il y a un jour ou deux. Je n’ai malheureusement pas trouvé mon compte avec ce livre et à aucun niveau. Je n’ai pas suivi l’auteur dans son histoire. J’étais assez perdue. Aucun élément avec lequel j’ai pu m’accrocher pour comprendre le récit. Dommage !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'ai trouvé le début bien pourtant, mais c'est vite décevant. :/

      Effacer
  3. Moi aussi j'ai publié mon avis il y a quelques jours, ce qui revient chez nous toutes c'est la sensation de se perdre et l'angoisse permanente, contrairement à toi je n'ai pas vu la fin venir et pourtant le texte était truffé d'indices.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je crois que la plupart des lecteurs ont été surpris de la fin, c'est au moins ça ! Pour le reste, l'angoisse est montée au début, mais je n'ai pas réussi à rester dans ce sentiment plus de 100 pages.

      Effacer
  4. Je lis régulièrement cette auteure et j'apprécie ses romans. Mais là, j'ai été franchement déçue!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Tu me rassures, je lirai Les Revenants avec plus de confiance ;)

      Effacer
  5. le livre est plutôt bien passé en ce qui me concerne, en gardant une préférence pour "Les Revenants"...j'avais noté aussi ses répétitions, mais la fin est restée une surprise pour moi, jusqu'au bout !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Les Revenants est souvent cité comme un meilleur roman. Heureusement pour moi qui l'ai déjà dans ma PAL ;) Je tâcherai de le lire à un moment où je n'ai que ça à faire pour en profiter.

      Effacer
  6. Je suis beaucoup plus sévère que toi, dès la page 127 j'avais compris la fin, et franchement je me suis terriblement ennuyée...mais bon, je reste très tolérant avec ceux qui l'ont aimé bien sûr...(mais toi, tu ne l'as pas aimé tant que ça n'est ce pas?)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Mais oui, il faut être tolérant ;) (mais effectivement, j'ai plutôt pas aimé XD) C'est dommage, ça partait bien, et ça s'enlise, ça se répète, c'est agaçant et on finit par s'ennuyer ferme. J'ai sorti un bon polar de ma PAL, on va voir si c'est plus trépidant...

      Effacer
  7. Je trouve qu'on le voit un peu trop sur la logo en ce moment. J'attendrais donc un peu avant de le lire.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'arrosage de Price Minister peut nuire à un roman. Je crois qu'il a été beaucoup choisi par les blogueurs qui ont participé à leur opération, et du coup on a tous publié en même temps, mais ça va se calmer.

      Effacer
  8. je note que les personnes ayant déjà lu cette auteure ont préféré d'autres titres !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Tant mieux pour moi qui en ai un autre dans ma PAL ;)

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...