mardi 9 octobre 2012

Pour seul cortège de Laurent Gaudé


Bien que Laurent Gaudé soit présent dans ma PAL depuis plusieurs années, je n’avais jamais lu la moindre ligne de cet auteur.
Encensé par la critique et par bon nombre de lecteurs, il évoque pour moi le figure de l’auteur à la mode mais exigeant, loin des bestsellers habituels et pourtant assez vendu pour se permettre de proposer des textes pointus.
Le choix de sa maison d’édition renforce d’ailleurs cette image, puisque ce sont les éditions Acte sud qui se chargent des sorties de nouveaux romans, tandis que les poches sortent d’abord chez Babel.
J’avais donc dans les mains une belle promesse de lecture en recevant ce roman.

Alexandre sait récompenser ses troupes. Après la bataille vient le festin, la fête, l’orgie à laquelle chacun de ses généraux est invité à participer.
Mais ce jour là, alors qu’il s’était laissé aller à danser pour son musicien préféré, le grand Alexandre s’effondre et ne se relève pas.
La fièvre le prend alors et ne le lâchera plus.
Dans sa tour au milieu du désert, Drypteis s’est retirée du monde.
Elle veille sur son enfant et vit au rythme de la communauté religieuse qui l’a accueilli. Mais l’empire la rattrape.
Il faut partir et suivre les soldats.
Éricléops, fidèle soldat d’Alexandre, et allé jusqu’en Inde délivrer le message d’Alexandre.
Il revient porteur d’une réponse mais c’est Alexandre qui va le rejoindre.

Que dire de ce roman, sinon que je l’ai trouvé magnifique.
L’écriture de Laurent Gaudé est soignée, recherchée sans affectation, équilibrée, rythmée.
Le récit est construit sur l’alternance de plusieurs voix qui se succèdent sans ordre apparent pour raconter cette histoire.
Le style ne change pas entre ces différents personnages, mais chacune de ces voix a sa particularité, sa vision des choses, ses espérances ou au contraire une conscience aigue de son destin et de sa fin.
Chacune donne au lecteur un point de vue différent et une occasion de s’intégrer dans le récit.

Clairement, c’est l’histoire de Drypteis qui m’a le plus séduite.
Cette femme qui a voulu s’extraire de son destin, prendre sa vie en main en se retirant aux confins de son monde et se retrouve malgré elle au milieu d’un nouveau carnage, m’a profondément touchée.
Son chemin est long et difficile mais elle le choisit, elle ne se laisse pas faire et le texte est à la hauteur de sa personnalité.

Son voyage entraine les autres, et si Alexandre est au cœur du récit, il ne peut que se laisser porter, demander pour être exaucé sans pouvoir agir lui-même.
Il en est de même pour Éricléops, qui parvient à s’extraire de sa condition pour guider ses anciens camarades, mais reste soumis à Alexandre.

Les jeux de pouvoir, la quête du trône d’Alexandre passent alors au second plan pour laisser la place à autre chose, à une quête de soi même et de sa place en ce monde.
Quelle est la place de Drypteis, du corps d’Alexandre, de chacun de ses lieutenants, de son épouse ?
Comment trouver sa place en ce monde quand d’autres ont choisi pour vous ? Comment s’extraire d’un destin qui vous enferme et tente de vous rattraper ? N’y a-t-il que la mort pour solution ou la disparition pourrait-elle suffire ?

Évidemment, le commun des mortels a peu l’occasion de se poser ces questions, mais si aucun empire ne souhaite vous rattraper, vivez-vous pour autant la vie à laquelle vous aspiriez ?
D’autres que vous même n’ont-ils pas essayé de vous entrainer sur des chemins qui n’étaient pas faits pour vous ?
 
Au delà d’Alexandre et du roman historique, ce roman m’a semblé parler de choix de vie, de poids sur les épaules et d’acceptation de soi.
Bien sûr, il faut adhérer dès le départ à ce récit d’outre-tombe, et j’ai parfois trouvé un peu too much l’arrivée d’un fantôme au milieu de la plaine.
La quantité pléthorique de personnages m’a aussi perdu quelques fois.
Ces deux petites réserves n’ont toutefois jamais gêné ma lecture.

Si vous aimez Laurent Gaudé, si vous appréciez la belle écriture, les romans travaillés, exigeants mais qui n’excluent personne, si vous avez une passion pour Alexandre le Grand ou les romans historiques (mais celui-ci va au-delà), ce livre pourrait bien vous plaire.


Je remercie Entrée Livre et la librairie Decitre pour l’envoi de ce livre.



Je clos le 1er pourcentage du challenge 1%  Rentrée littéraire 2012  avec ce 7e roman. 



19 commentaires:

  1. Ah ça y est je lis ton avis sur ce roman qui le fait envie depuis un petit moment déjà...et tu me confortes dans qu'il faut que je le découvre à mon tour, au milieu de tous ces autres livres de la PAL rentrée littéraire !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'ai vraiment beaucoup aimé et pour une fois, l'écriture m'a semblé exceptionnelle jusqu'au bout du roman. Ce n'est pas si fréquent, il ne faut pas passer à coté ;)

      Effacer
  2. je n'ai rien encore lu de cet auteur, mais cela renforce aussi mon envie!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. On m'avait dit que ce n'était pas le meilleur pour commencer, mais je me suis tellement plu à lire ce livre, que je ne sais pas si c'est vrai ;)

      Effacer
    2. Autre titre intéressant du même auteur : Le Soleil des Scorta

      Effacer
  3. J'ai toujours du mal avec cet auteur. Un jour, peut-être....

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il faut aimer, parce qu'il s'agit d'un style particulier. Par contre, comme je n'en ai pas lu d'autres, je ne peux pas te dire si c'est plus facile ou non.

      Effacer
  4. Un de mes auteurs chouchous ! Il me le faut !

    RépondreEffacer
  5. Je pense découvrir cet auteur avec d'anciens titres qui sont dans ma PAL avant de lire celui-ci

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Si je ne l'avais pas eu en partenariat, j'aurais fait comme toi, mais si tu veux, il va partir en voyage ;D

      Effacer
  6. Il est dans ma PAL et ton avis rejoint ceux que j'ai déjà lus :) Il me tarde de m'y mettre !

    RépondreEffacer
  7. Ce roman m'a pour ma part beaucoup ennuyé. Apparemment, je suis l'un des seuls de la blogosphère dans ce cas.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Cela m'arrive aussi d'avoir l'impression que je suis la seule à ne pas avoir aimé un roman, mais j'ai lu quelques billets de lectrices qui n'ont pas aimé.
      Je comprends également que tu te sois ennuyé. C'est surtout le style qui m'a plu, mais j'avoue que l'épisode du retour en Inde m'a semblé long ;D

      Effacer
  8. Ca y est, je l'ai enfin reçu, lu et... beaucoup aimé, pour les mêmes raisons que toi exactement : j'ai été tout à fait séduite par le style et par la force des personnages s'exprimant en "je" malgré l'Histoire qui les entrainait sans qu'ils l'aient voulu. J'ai aussi trouvé la fin un peu too much avec le premier spectre, puis les suivants, mais le début m'a laissé une impression suffisamment forte pour effacer la dernière.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, quand le spectre arrive, là, je me suis dit "non, il a pas osé" ! C'est dommage, mais bon, ça passe :D

      Effacer
  9. La question de la destinée est en effet très intéressante dans ce roman.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, j'ai trouvé cela très bien traité :)

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...