jeudi 7 avril 2016

Premières lignes à lire et relire #1

Chez Ma Lecturothèque depuis quelques semaine, il y a un nouveau rendez-vous.
Je l'ai découvert chez Moka et retrouvé ensuite chez George.
Il s'agit de citer le début d'un récit, ses premières lignes, ce qui doit accrocher le lecteur et lui donner envie de rester et de tourner les pages les unes après les autres.

Lorsque j'ai lu le billet de Moka, j'ai tout de suite pensé à une première phrase qui évoque pour moi l'exotisme, tout un monde de parfum, de chaleur, de tromperie et de rage.
Et comme souvent quand on a un souvenir chéri mais un peu ancien, il s'est cristallisé en une image un peu partielle, un peu tronquée. 
Une petite recherche m'a suffit pour retrouver ce texte qui n'est finalement pas celui de mon souvenir.

Alors que je me souviens parfaitement de cette première phrase que je connais par coeur et qui semble rouler dans mon palais lorsque je la prononce, celles qui suivent ne sont pas celles dont je me souvenais, mais peu importe finalement.
Avec ces cothurnes, ces sycomores, ces lis, ces grenades, c'est tout de même très beau.
Je garderai quand même cette première phrase comme un beau souvenir, comme ce qui évoque tout le roman qui suit.
Et puis tout ces R, tout ces T, ça sonne, ça roule, ça vibre, ça tape.

Et je change la règle du jeu pour vous proposer une devinette (quand même un peu facile) :

Quel est donc ce roman qui commence ainsi ? 



" C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar.

Les soldats qu'il avait commandés en Sicile se donnaient un grand festin pour célébrer le jour anniversaire de la bataille d'Eryx, et comme le maître était absent et qu'ils se trouvaient nombreux, ils mangeaient et ils buvaient en pleine liberté.

Les capitaines, portant des cothurnes de bronze, s'étaient placés dans le chemin du milieu, sous un voile de pourpre à franges d'or, qui s'étendait depuis le mur des écuries jusqu'à la première terrasse du palais ; le commun des soldats était répandu sous les arbres, où l'on distinguait quantité de bâtiments à toit plat, pressoirs, celliers, magasins, boulangeries et arsenaux, avec une cour pour les éléphants, des fosses pour les bêtes féroces, une prison pour les esclaves.
Des figuiers entouraient les cuisines ; un bois de sycomores se prolongeait jusqu'à des masses de verdure, où des grenades resplendissaient parmi les touffes blanches des cotonniers ; des vignes, chargées de grappes, montaient dans le branchage des pins ; un champ de roses s'épanouissait sous des platanes ; de place en place sur des gazons se balançaient des lis ; un sable noir, mêlé à de la poudre de corail, parsemait les sentiers, et, au milieu, l'avenue des cyprès faisait d'un bout à l'autre comme un double colonnade d'obélisques verts. "







10 commentaires:

  1. Trop facile !!! "Salammbô" de Flaubert ;) ! désolée pour les suivants ! Magnifique incipit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es trop forte !! Bon, c'était facile pour le premier ;^)
      J'ai déjà le prochain et pas sûre que tu trouves tout de suite :^D

      Supprimer
  2. j'allais aussi dire "salambô"mais j'ai été devancée, donc ça ne compte plus - en tout cas je trouve l'idée très originale :)

    RépondreSupprimer
  3. La réponse est donnée, dommage, je savais pour une fois ! :) C'est très beau et c'est un roman que j'avais beaucoup aimé ! L'idée est excellente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une jolie idée :^) et ce roman... une merveille !

      Supprimer
  4. Rhan j'avais reconnu! Souvenirs de lectures adolescentes, j'ai, une fois de plus, envie de le relire, je ne l'ai pas à la maison, je me le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo :^) C'est une lecture adolescente pour moi aussi. Je crois que c'est le meilleur âge pour le lire, mais rien n'empêche de le relire en effet !

      Supprimer
  5. Hihi, en lisant la première phrase, je me suis écriée Flaubert!! ^^ Comme quoi, rien ne vaut les lectures de l'adolescence mine de rien, je m'en souviens encore très bien, c'était durant mon stage de 3e cette lecture!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant comme on arrive à lier une lecture et un moment de notre vie. Surtout dans l'adolescence j'ai l'impression.

      Supprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...