lundi 27 juillet 2015

Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda { Prix Audiolib }

J'ai lu ce roman il y a bien longtemps, conseillé dans une liste de lecture lorsque j'étais jeune étudiante (je me rappelle même de l'enseignante qui nous l'avait recommandé). 
Je l'avais d'ailleurs acheté plusieurs fois à quelques années d'intervalle, ayant sans doute déjà à l'époque un problème de PAL sans commune mesure avec ma PAL actuelle (mais mon appartement était beaucoup plus petit). 
Je ne me rappelais plus de la fin, mais j'avais souvenir d'un bon petit roman, plein de thématiques intéressantes. 
J'étais donc agréablement surprise de le voir dans la sélection du prix Audiolib. 

A Idilio, la vie se déroule simplement. 
Il y a les colons, les chercheurs d'or et le maire de la ville et dans la forêt, il y a les Indiens. 
Mais parfois, un grain de sable vient perturber le cours du fleuve. 
Ce jour là, alors que le dentiste assure sa permanence trimestrielle, les Indiens amènent à bord de leur pirogue le corps d'un homme. 
Ils l'ont trouvé dans la forêt et le rapporte en ville pour qu'il retourne chez lui, même dans une boite. 
Le maire les accuse aussitôt d'avoir tué le blanc ! 
Heureusement, Antonio Jose Bolivar est là et va intervenir en montrant immédiatement à ceux qui sont présents que le blanc n'a pas été tué par les Indiens. 
C'est une bête féroce qui l'a attaqué, un jaguar immense qui menace à présent toute la région... 

Ce roman aborde un grand nombre de thèmes dans une petite quantité de pages et ici, en quelques heures pour la version audio. 
Le thème principal est évidemment celui de l'écologie et de l'intrusion de l'homme blanc dans un environnement jusque là équilibré.
Les indiens maitrisent la forêt et la présence des animaux est normale pour eux. 
Ils vivent sur le même territoire en harmonie et en gérant la ressource de manière raisonnée. 
La figure du maire est emblématique de l'opposition entre ces hommes si bien intégrés et ce petit chef qui ne comprend pas l'environnement dans lequel il est projeté. 
Il est sans cesse dans l'incompréhension, dans l'agressivité, il ne sait pas comment réagir et se retrouve toujours dans des situations cocasses, parfois violentes ou même dangereuses. 
Bolivar, à l'inverse, a su s'intégrer en étant à l'écoute des indiens et en apprenant la vie dans la forêt. 

Cette opposition met aussi en valeur l'opposition entre le sauvage et le civilisé. 
Qui est le vrai sauvage quand celui qui se dit civilisé saccage tout ce qu'il touche ? 
Le colon ne sait pas se conduire, il gâche tout et ne comprend pas ce qui l'entoure et ce qui lui arrive. 
Le message n'est néanmoins pas simpliste et l'intégration, le respect de l'environnement ne garantissent pas la survie de l'individu. 
L'homme face à la nature est souvent rattrapé par celle-ci et le respect mutuel ne garantit pas d'avoir une longue vie. 

Et parmi tous les thèmes abordés, il y en a un qui tient forcément à coeur de tout lecteur. 
Comme le titre l'indique, Antonio Jose Bolivar lit. 
Mais il ne lit pas n'importe quoi, il lit des romans d'amour ! 
Il a même mis en place une petite filière d'approvisionnement qui lui garantit d'avoir régulièrement de nouveaux romans. 
A la lecture, ce thème assez peu présent peut paraître mineur, surtout quand on considère qu'il constitue le titre du roman. 
Mais il symbolise en réalité la relation de l'homme blanc à la forêt. 
Antonio Jose Bolivar lit un roman qui se passe à Venise, sans pouvoir identifier ce qu'est une gondole ou un baiser fougueux. 
Il devine tout de même à quoi cela peut correspondre et parvient à lire malgré ce petit déficit de compréhension. 
C'est exactement ce qu'il se passe pour l'homme blanc dans la forêt. 
Il plaque sur une réalité inconnu ce qu'il suppose être vrai. 
Il peut ainsi vivre et évoluer dans ce monde mais il ne comprend pas tout et s'appuie parfois sur des interprétations en décalage avec ce qu'il faudrait comprendre. 

Pour ce livre, je peux également comparer la lecture papier et la lecture audio. 
Les scènes dans la forêt m'ont marqué davantage ici où le lecteur les met en scène d'une façon magistrale. 
Feodor Atkin est un merveilleux lecteur à la voix grave qui capte l'attention. 
Il insiste un peu trop sur la prononciation du nom du personnage principal, mais c'est le seul reproche que je lui ferais. 
Pour un trajet en train ou en avion de quelques heures (voire même en voiture), ce livre sera parfait ! 

En bref, je vous conseille ce livre si vous avez envie d'un peu de dépaysement, si vous êtes en quête d'un roman un peu écologique, si vous aimez les vieux qui lisent des romans d'amour (et qui chasse les grosses bestioles dans la forêt). 
















12 commentaires:

  1. Un roman que je souhaite lire depuis longtemps ! Il est d'ailleurs dans ma Pile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un chouette petit roman, en une après-midi tu devrais pouvoir le sortir de ta Pile ;^)

      Supprimer
  2. Je l'ai lu à sa sortie et n'ait pas du tout accroché. A tel point que je vais essayer de le relire pour voir un peu ce qui avait cloché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre que tu aies eu du mal. C'est un petit roman court mais le début est assez lent et les évènements s'enchainent à la toute fin de l'histoire. Mais peut-être qu'avec les années, tu aimerais davantage ce récit sur la nature de la sauvagerie, sur la lecture et le respect de soi et des autres.
      Mais comme je l'ai dit, et à l'inverse de toi, je gardais un meilleur souvenir de ma première lecture alors je ne saurais te conseiller vraiment ;^)

      Supprimer
  3. C'est étrange, j'avais écris un commentaire sur plusieurs articles et ils ne sont jamais apparus...Je recommence du coup...

    Bon moi, j'ai eu un énorme coup de cœur sur ce roman, mais alors il m'avait complètement retourné! Cela a été ma découverte de cet auteur et depuis, je suis une fan inconditionnelle de Sepulveda! J'adore l'ambiance, les thèmes, l'écriture et la conclusion, que je trouve très belle. Je déguste tous ses romans petit à petit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blogger m'a sorti des commentaires récemment du mois de janvier !! Je crois qu'il en mange et qu'il en recrache certains de temps en temps...

      J'avais adoré ce livre lors de la première lecture, mais là un peu moins. Mais j'ai bien aimé quand même, c'est assez bizarre en fait. Mais il faudrait que j'en lise un autre de cet auteur. Tu conseillerais quoi ?

      Supprimer
  4. J'avais adoré le roman papier... Je crois que j'aimerais l'écouter celui-ci, parce que assez court et puis poétique... oui, pourquoi pas ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que c'est court et Atkine est quand même un lecteur génial !

      Supprimer
  5. Une lecture que j'avais beaucoup aimé. Mais il faudrait que je le relise.

    RépondreSupprimer
  6. Un très beau souvenir de lecture pour moi !

    RépondreSupprimer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...