jeudi 18 juin 2015

Sur les inconvénients de ne pas parler français de Virginia Woolf

Virginia Woolf est une auteure qui me fascine.
Je suis toujours très attirée par ses écrits, tout en redoutant leur complexité.
J’ai lu Mrs Dalloway il y a quelques années, encouragée par un précédent mois anglais et j’ai La promenade au phare dans ma PAL depuis des années (avant même que ce soit une PAL).
Mais j’ai aussi Une pièce à soi et pour ce mois anglais, j’ai acheté ce petit recueil de textes écrits par Woolf et préfacés par Alberto Manguel.

J’ai appris dans ce livre que Virginia Woolf était critique littéraire.
Elle revendiquait une grande liberté dans cette activité et rejetait la position dogmatique du critique « expert » qui se place au dessus de la foule.
Elle se voulait lectrice lambda, accueillante et néanmoins adepte d’une « voix inventive pour le lecteur ordinaire » qui veut que le bon lecteur soit celui qui ait un esprit libre et créateur, lui permettant « d’explorer au travers de la propre expérience les univers créés par les mots d’un autre » (c’est Manguel qui explique).
Elle rédigeait des recensions pour le Times Literary supplement de manière anonyme, comme d’autres grands auteurs de l’époque.

Mais dans ce livre, c’est son amour pour la littérature française qui est mis en avant.
Les textes portent tous sur des auteurs français (Mauriac, Montaigne, Stendhal, Madame de Sévigné, Jules Romain) ou sur des personnalités françaises (Marie-Antoinette, Sarah Bernardt, Louise de la Vallière).

Il y a également un petit texte sur « comment recenser un livre ».
C’est à la fois intéressant, original et cela encourage à réfléchir soi-même à sa propre pratique de lecteur, surtout quand on est blogueur et qu’on se permet d’écrire des trucs sur les livres qu’on lit !
A la lecture de ce texte, il est fort probable de Virginia Woolf aurait apprécié la pratique des blogs de lecteurs et nous aurait vu comme un petit aréopage de disciples de sa philosophie de lectrice.
Elle cite d’ailleurs deux types de « recenseurs », ceux qui prennent le temps d’écrire un article de deux colonnes argumenté et ceux qui font une petite recension rapide et expéditive, avec une préférence pour les premiers bien sûr !
Elle explique également que l’augmentation des recensions et la diminution de leur taille furent « véritablement catastrophique » puisqu’ « elles ont provoqué le déclin et la chute de la recension.
Avis qui peut peut-être nous concerner également ?
Elle rappelle enfin que si le nombre de recensions négatives égalent le nombre de recensions positives, les deux s’annulent et le lecteur attendra de se faire son propre avis (ou ne le fera jamais, oubliant un roman qui ne lui fait pas grande impression), ce qui me paraît toujours valable aujourd’hui.

J’ai également noté plein de phrases et d’extraits de ces textes dans mon petit carnet pour les mettre dans mes cours de français langue étrangère.
C’est parfois compliqué de la suivre, son style est exigeant ici comme dans ses romans, mais c’est aussi très éclairant comme ici où elle évoque la compréhension fine d’un texte littéraire :
« pour connaître une langue il faut l’avoir oubliée, et c’est là une étape que l’on ne peut atteindre si l’on n’a pas inconsciemment absorbé les mots dès l’enfance ».
Les finesses de la langue échapperont alors sans doute à un non natif qui regardera le texte avec le filtre de sa propre langue et de sa culture.


C’est donc un petit livre rapide à lire, pour les amoureux de la littérature française et de la littérature anglaise, les amoureux de Virginia Woolf ou/et de la langue française.







12 commentaires:

  1. Je note celui-ci. Je suis en pleine mer avec "Traversées" et la chère Clarissa Dalloway déjà présente dans ce roman.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je l'ai noté aussi celui-là. Un jour peut-être...

      Effacer
  2. Je note ! J'aime beaucoup Woolf, et le thème m'intéresse, évidemment !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est un petit livre sans prétention, avec un peu de tout, mais injustement méconnu.

      Effacer
  3. J'ai commencé ses nouvelles, mais suis toujours aux aguets pour ce genre de textes où elle excelle!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'ai quelques nouvelles en stock aussi dans la petite édition Folio 2 euros.

      Effacer
  4. Certains des courts essais que tu évoques me disent quelque chose. Je me demande s'ils n'ont pas été publiés dans d'autres recueils. C'est le problème d'ailleurs, avec les nouvelles également : on s'y perd dans ces compilations diverses qui reprennent souvent certains mêmes textes.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, comme tu le dis, les publications et republications font qu'il est bien difficile de s'y retrouver. Et en plus, il y a par moment des textes qui ne sont plus publiés nul part !

      Effacer
  5. Il a l'air d'être un indispensable !

    RépondreEffacer
  6. Je le note aussi, je commence à vraiment adorer cette auteur. Et il est toujours passionnant de confronter ses pratiques de lecteurs !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, c'est rapide à lire (même si certaines pages sont exigeantes, on ne se refait pas) et très intéressant.

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...