jeudi 13 octobre 2011

Tokyo de Mo Hayder


Intéressée par le Japon, fan de thriller de bonne qualité, je cherchais à compléter mon panier sur un site de vente en ligne entre particulier il y a quelques mois. Je suis ainsi tombée sur ce roman dont j’avais vaguement entendu parler ou que j’avais déjà dû croiser.
Sans aucun a priori, je me suis dit que ce serait l’occasion de découvrir cette auteure.
Allez savoir pourquoi, j’ai toujours l’impression qu’une femme proposera un thriller de bonne qualité mais moins violent que ne peut le faire un homme. C’est un stéréotype que je ne saurais pas identifier mais que Mo Hayder contredit magistralement !

Mais peut-on dire que ce roman est réellement violent ? Pour le lecteur, certainement !
Les personnages sont dérangeants, l’histoire est vraiment trash, et je me suis demandé plusieurs fois si Mo Hayder n’avait pas des troubles du comportement pour avoir une imagination aussi malsaine.
J’ai été bousculée, dégoutée, écœurée, je n’ai pas toujours compris les personnages, je ne me suis jamais identifiée à aucun d’entre eux, j’ai été vraiment mal à l’aise en lisant cette histoire.

Et pourtant… et pourtant… je l’ai lu, parfois tard le soir, je ne l’ai pas emmené dans le train pour pouvoir la savourer pleinement, je n’ai pas précipité la lecture des dernières pages pour en apprécier chaque passage.
J’ai aussi mis du temps pour écrire ce billet qui était prévu le 20 septembre, car c’est une lecture commune. Mais franchement, il m’était impossible de l’écrire plus tôt, je devais digérer cette lecture.
Et comme vous venez de le lire dans les deux paragraphes qui précèdent, je ne suis pas encore sure de ce que je vais vous raconter.
Ce qui est certain, par contre, c’est que ce livre m’a fait une forte impression et qu’il restera longtemps en moi, comme un souvenir qui fait réfléchir et qui dérange quand même un peu car il oblige à se retourner sur quelque chose qu’on voudrait oublier.

Grey, une jeune femme britannique qui fait des études sur le massacre de Nankin, débarque un jour à Tokyo chez le professeur Shi Chongming pour obtenir de lui un film tourné pendant le massacre.
Le professeur refuse de lui confier le film, et affirme ne pas le posséder. Grey lui explique alors que ce film est vital pour elle. Lorsqu’elle était plus jeune, elle a lu une description du massacre dans un livre que ses parents ont fait disparaitre ensuite, lui affirmant qu’elle avait inventé cette scène particulièrement violente. Pourtant, la jeune femme est persuadée de l’avoir bien lu et de n’avoir rien inventé. Voir ce film lui permettrait d’obtenir une confirmation de ce qu’elle a lu et de prouver qu’elle n’est pas folle.
Malgré le refus obstiné du professeur, la jeune femme va persister et le harceler pour qu’il lui montre le film, jusqu’à ce qu’il lui propose un marché…

 L’histoire de ces deux personnages est présentée dans des chapitres qui alternent avec ceux racontant l’histoire de Shi Chongming à Nankin au moment du massacre. Dans ces chapitres historiques, on assiste à l’approche des soldats japonais, au récit de la vie quotidienne du professeur et de sa femme pendant que ces mêmes soldats occupent la ville, puis à leur fuite.
Les deux histoires vont évidemment influer l’une sur l’autre à la fin du roman et nous dévoiler progressivement la vie de ces deux êtres malmenés par la guerre et le carcan de leurs sociétés respectives.

J’ai beaucoup apprécié cette alternance, car j’avoue qu’elle me permettait de souffler. Le personnage du professeur m’a semblé plus attachant (jusqu’à un certain point) que celui de Grey, mais cette lecture s’est faite dans une tension permanente.
Pas une seule seconde le lecteur ne peut souffler. Il se passe toujours quelque chose ou un élément du passé est révélé, plus écœurant que le précédent.
Il y a une sorte de surenchère permanente sans que cela soit superflu. L’ensemble est cohérent, et on ne pourrait rien retiré, mais comme je l’ai dit plus haut : quelle imagination malsaine !
Je me demande comment Mo Hayder peut avoir inventé tout cela. L’hypothèse la plus probable est que malheureusement, elle n’a pas tout inventé, et c’est là que cela devient intéressant.
Dans ce livre, j’ai appris beaucoup de chose sur le massacre de Nankin, sur l’occupation japonaise de la Chine, qui me donne envie d’en savoir un peu plus. Cela explique notamment les querelles actuelles autour des livres d’histoire japonais.
Il est bien difficile d’accepter que les auteurs d’un tel massacre le passent sous silence !

Il y a beaucoup de point d’exclamation dans ce billet. Il est effectivement difficile de rester insensible à ce roman, qui m’a plus par bien des aspects.
La tension narrative est parfaitement maintenue, l’histoire est cohérente, la fin m’a à moitié surprise (je ne m’attendais pas à autant de perversion), c’est bien écrit et bien mené.
Il reste l’aspect moral qui ne plaira pas à tout le monde.

Je conseillerais difficilement ce livre, tant il est délicat, mais si vous cherchez quelque chose de beaucoup plus fort qu’Harlan Coben, un livre qui vous remue les tripes et vous fasse réagir sous des dehors policés, ce roman peut vous convenir.


C'était une lecture commune (très en retard) qui a permis à ce livre de sortir de ma PAL alors qu'il aurait pu y rester très très longtemps. Pour avoir d'autres avis, vous pourrez lire le billet de Soukee, organisatrice indulgente de cette LC, et ceux de Manu, de Canel, de Sophie, de Claudialucia.





6 commentaires:

  1. Je n'a pas pu lire ce roman à sa sortie. Dès les premières pages, j'ai senti que ce n'était pas pour moi. Il faut dire que je ne savais pas trop à quoi m'attendre non plus.

    RépondreEffacer
  2. Ton billet me laisse songeuse. Cela fait un moment que j'ai envie de lire ce bouquin mais le coté très noir me rebute. Je crois que j'attendrais encore un peu, et surtout que ce sera plus un emprunt qu'un achat.
    Bel article en tout cas ! Quand au massacre de Nankin, il est hélas peu probable que les scènes les plus crues soient issue de l'imaginaire. Ce qui, je l'avoue, contribue à mes hésitations.

    RépondreEffacer
  3. @ Alex-Mot-à-Mots : je comprends ce que tu as pu ressentir. Je t'avoue que les premières pages m'ont surprise, ne sachant pas vraiment où j'allais, moi non plus.

    @ Kaeru : il faut bien choisir le moment, je pense. Sinon, on risque de se dire que c'est trop et de reposer le livre.
    Les scènes à Nankin sont évoquées avec finesse, et ce n'est pas ce qui m'a le plus dérangé. C'est plutôt ce qui se passe dans la tête de Grey. Je n'ai pas du tout adhéré.

    RépondreEffacer
  4. Très beau billet. On sent que ce roman t'a remuée.

    RépondreEffacer
  5. J'ai lu ce livre l'année passée et je l'ai beaucoup aimé. C'est vrai qu'on n'oublie pas de sitôt .

    RépondreEffacer
  6. @ Manu : merci, j'ai essayé de ne pas décourager les lecteurs potentiels quand même ;)

    @ Pat : je pense en effet qu'il va rester longtemps. J'y pense chaque fois qu'on me parle de Tokyo !

    RépondreEffacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...