lundi 23 octobre 2017

Ces rêves qu'on piétine de Sébastien Spitzer

Il y a des romans dont on ne sait pas quoi dire quand on les a refermé.
(et qui finalement donnent lieu à des billets interminables)
Il y a aussi des romans qui rendent difficile toute lecture ensuite tellement ils sont marquants.
Celui-ci rentre dans ces deux catégories et je vais essayer de vous en parler sans trop m'égarer.

Aimé marche, un rouleau de cuir serré contre lui. 
Il ne sait pas combien de temps durera la marche, mais il sait que cela va finir, enfin. 
Magda sait que la fin est proche. 
Dans Berlin assiégé et bombardé, elle s'est réfugiée avec ses enfants dans le bunker d'Hitler où elle attend que quelque chose se passe. 
Toute sa vie, elle a tenté de monter plus haut, de devenir quelqu'un. 
Et elle y est parvenue... 

Les premiers romans, je me méfie toujours.
C'est comme ça, c'est plus fort que moi, je ne peux pas m'en empêcher.
Et là, en plus, le sujet est franchement plombant, avouons-le.
Je ne suis pas fan de cette période historique, et si je lis de temps en temps un roman sur la guerre de 39-45 ou sur la fin de celle-ci, il faut vraiment que l'histoire me tente.

Mais alors pourquoi l'ai-je lu ?
Avec toutes ces réticences, c'était quand même la catastrophe assurée !

Quand le roman est arrivé chez moi, demandé par monsieur pour les matchs de la Rentrée Littéraire Price Minister, j'étais dans une grosse panne de lecture.
J'avais plein de livres en court mais rien de vraiment enthousiasmant.
J'avoue, un peu fascinée par la figure de Magda Goebbels (qui a tué 6 de ses enfants !), j'ai ouvert ce roman.
Et j'ai accroché immédiatement.

Le récit entrelace les vies de Magda Goebbels, de déportés, d'une petite fille rescapée, et les lettres du père adoptif de Magda.
Chaque chapitre change de point de vue dans un procédé très classique, mais parfaitement maitrisé.
C'est à la fois froid et beau, il n'y a pas de superflu, pas de sentimentalisme incongru.
Les évènements sont racontés froidement mais dans un texte d'une beauté à couper le souffle.
Certains passages sont d'une poésie qui m'a soufflé.
Ils disent l'horreur avec une économie de mots et un assemblage des phrases qui démontre un talent certain chez Spitzer !!
Mais le titre est déjà un morceau de poésie à lui tout seul !

Et pour une fois, il me semble qu'il faut aussi dire un mot de l'éditeur Les éditions de l'Observatoire car la couverture est superbe.
La photo est parfaitement choisie, le titre se détache en lettres brillantes, c'est un bel objet qui donne envie de l'ouvrir.
Les pages sont aussi épaisses et aucune coquille ne m'a accroché les yeux dans le texte (ce qui devient assez rare).

En bref, c'est un livre incontournable en cette rentrée littéraire.
Rien que pour le texte si beau, ne passez pas à côté et si vous avez aimé Kinderzimmer de Goby, vous retrouverez certains thèmes communs.


"L'image de la chute pour finir en beauté. Les rêves s'effondrent quand ils deviennent passionnants. Quand ils nous crochent, nous happent, sans prévenir."

"Reste la nuit. Epaisse. Lourde. Vide à tous ceux qui ont peur, à ceux qui désespèrent, se trompent. Cette nuit est aussi pleine que les autres. Féconde. Mystérieuse. Imprévisible. Elle s'est insinuée de l'autre côté des murs. L'heure des souffles de vie. L'heure des silences."

"Dans le réduit de béton, il règne un silence de messe dite. Des murmures, des voix etouffées, la peur épaisse. Ses talons sondent les lieux. Une preuve de vie. Les réfugiés du bunker se cachent. Le bruit est leur premier ennemi."




3/6 romans lus




16 commentaires:

  1. Réponses
    1. Mais oui, c'est un roman saisissant sans qu'on s'y attende.

      Effacer
  2. Une lecture marquante qui nous poursuit longtemps.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ton commentaire suscite en moi une interrogation, je te l'avoue, car je ne sais honnêtement pas s'il me marquera si longtemps. J'ai encore des souvenirs très nets de Kinderzimmer, mais celui-ci est finalement plus dilué, il y a plus de choses. Je garderai certaines informations, c'est sûr, sur la vie de Magda Goebbels, mais pour le reste, je ne sais pas. On verra.
      Mais c'était une très belle lecture et c'est déjà pas mal !

      Effacer
  3. Je dois avouer que le thème ne me tente absolument pas...et j'avais fuis comme la peste "Kinderzimmer", je pense donc faire l'impasse sur celui-ci!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Kinderzimmer était très dur. Il y a vraiment autre chose dans ce roman. Il s'agit plutôt de la vie d'une femme face à celle de millions d'hommes et de femmes. C'est dur, mais finalement, le texte permet de passer outre. Comme je le dis, ce ne sont pas des thèmes qui me tentent et c'est loin d'être gai mais vraiment, c'est un très beau roman.

      Effacer
  4. Le sujet me fait peur. Je pense que je le lirai mais il faudra que je choisisse le bon moment.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, c'est exactement ce que je pensais aussi ;^)
      Comme il est beaucoup question de la vie de Magda avant, cela rend la narration un peu plus supportable et le texte est tellement bien écrit qu'on se laisse aller. Mais c'est sûr que le moment où tu le lis est toujours important.

      Effacer
  5. Il m'attend sur une étagère... Acheté suite à de nombreux articles sur les blogs.

    RépondreEffacer
  6. J'avais écouté une interview de l'auteur à la radio et j'avais accroché.
    Ton billet achève de me convaincre !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Il faut que j'aille écouter ça alors ! Je suis curieuse de savoir ce qu'il en dit.

      Effacer
  7. En effet, c'est super bien écrit.
    Cela pose la question du beau avec l'horreur en littérature.
    Oui les livres de cet éditeur sont beaux, le dernier Sigolène Vinson dont je parle demain est aussi sur cette forme là.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. En y repensant, il n'y a pas beaucoup de mention des camps ou de ce qui s'y passait. C'est sous-entendu, c'est en arrière-plan, mais on suit surtout l'ascension de Magda Goebbels et le chemin suivi par la petite Ava. Mais bon, l'arrière plan est tellement puissant qu'on a l'impression d'être en plein dedans quand même (et puis elle tue ses enfants quand même).
      Et longue vie à cet éditeur.

      Effacer
  8. Incroyable premier roman... Il faut que je trouve les mots pour en parler !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Mais oui, il faut :^) (mais ce n'est pas facile, j'en conviens)

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...