lundi 29 août 2016

L'if et la rose de Mary Westmacott (Agatha Christie)

Il y a quelques temps, le Livre de Poche a réédité avec de belles couvertures les romans d'Agatha Christie publiés sous le nom de Mary Westmacott.
Ces romans ont la particularité de ne pas être "policiers" mais de proposer des "romans romans".
Comme d'autres auteurs, elle s'est essayé à sortir de son genre habituel tout en prenant soin de ne pas y poser son nom trop connu.
Cela donne 6 romans aux histoires très diverses, dont celui-ci.

Hugh Norreys avait tout pour lui. 
Mais son esprit chevaleresque et le destin vont lui enlever la possibilité d'en profiter. 
Il ne lui reste plus qu'à observer les vies des autres, à les écouter, et surtout à raconter au lecteur ce qu'il advint de John Gabriel, un homme détestable qui vient de refaire surface dans sa vie. 
Malgré sa haine, Hugh a accepté de revoir cet homme qui veut lui parler. 
Mais cela le replonge dans le passé... 

Bon, bon, bon...
Je dois l'avouer tout de suite, je suis déçue.
Ma lecture m'a déçue, Agatha m'a déçue.
J'aurais tellement aimé que cela ne soit pas le cas.
Et pourtant, ce roman m'a ennuyé.

Le début est parfait.
La grande Agatha sait accrocher son lecteur et nous raconte une histoire qui ne peut pas nous laisser indifférent.
On a envie de savoir ce qu'il va se passer, quel évènement va faire basculer la situation, et on enchaine les 50 premières pages.
Et puis d'un seul coup, tout se ralentit.
Hugh déménage dans un village, hébergé par son frère et sa belle-soeur.
Il va alors assister à la joute électorale qui va se dérouler et c'est alors que commencent les pages interminables sur la politique du Royaume uni, les partis politiques, les élections...
John Gabriel est finalement désigné candidat, et c'est reparti pour une centaine de pages sur les meetings, les oppositions...
Je crois que si on enlève les pages sur la politique, il ne reste plus grand chose de cette rose et de cet if.
Et c'est dommage, parce que cette histoire est bien jolie.
Mais trop légère.

Si vous avez décidé de lire l'intégrale d'Agatha Christie, vous pourrez lire ce roman, mais dans le cas contraire, allez peut-être plutôt voir d'autres avis plus enthousiastes que le mien comme celui de Titine ;)




Merci au Livre de poche 
et à NetGalley






vendredi 26 août 2016

50 activités de méditation pour toute la famille

La rentrée approche, mais je n'oublie pas ces petits billets plein de zen et de tranquillité.
Et comme j'ai aussi des livres de méditation pour les enfants, c'est pile le moment de vous en parler.
Il y en aura donc trois différents, un par semaine, pour que vous trouviez peut-être ce qui peut correspondre à votre enfant, en fonction de son âge, de vos habitudes et de votre connaissance du sujet.

Petit zafu pour petite fille !! 


Méditer avec les enfants ou faire méditer les enfants ne parait pas forcément évident.
Et pourtant, cela n'a rien d'insurmontable.
Quand j'étais petite, ma maman m'emmenait à son cours de yoga pendant les vacances scolaires et j'ai pu commencer très jeune sans même m'en rendre compte.
Aujourd'hui, il y a des cours spécifiques pour les petits et de plus en plus d'enseignants se forment pour utiliser la méditation dans leurs classes.
On le sait aujourd'hui, la méditation permet de mieux se concentrer, d'avoir un temps d'attention plus long, et des temps de calme réel qui font beaucoup de bien aux enfants.
Parfait pour l'école mais aussi pour la maison !




Le livre dont je parle aujourd'hui est plutôt pour un usage familial.
J'ai du mal à indiquer un âge d'utilisation, parce que je trouve qu'on peut s'en servir dès 18 mois, voire même avant pour certaines activités.
Evidemment, ce sera plus facile dès 3 ou 4 ans, mais on peut commencer avant.




Comme vous le voyez sur la photo du sommaire, dans ce livre, vous trouverez des méditations bien sûr, mais surtout de nombreux petits conseils pour la vie de tous les jours, des "trucs" à faire pour mieux vivre, et surtout pour PROFITER de la vie !!!
En 7 parties, ce livre vous permettra de mieux profiter de l'instant présent, de mieux vivre avec les autres, de mieux s'occuper de soi, de gérer ses émotions, de maitriser sa respiration, de développer son empathie, sa compassion, son don d'observation.




C'est une très bonne introduction pour les enfants, et c'est parfait pour les adultes qui ne connaissent pas trop la méditation.
Ce guide est très pragmatique, très appliquée aux situations de la vie quotidienne et donc très facile à appliquer dans la vie de tous les jours.
Il invite à sortir de chez soi, à regarder la nature, à écouter la musique de façon bienveillante et en conscience.
J'ai d'ailleurs beaucoup aimé les dernières pages sur la protection de la nature.
On trouve aussi des conseils sur les temps du repas, les devoirs, les embouteillages... toutes ces situations si délicates à gérer.


En bref, c'est un guide bon pour toute la famille qui devrait figurer dans toutes les bibliothèques familiales !

 Et chez nous, on adore !






Merci Nathan 
pour ce livre si utile


mercredi 24 août 2016

Comment sauver son couple en 10 leçons ? Ou pas... de Stephanie Blake

La BD de la semaine reprend du service !
(ouh, c'est le signe que la rentrée approche).

Pour débuter cette nouvelle saison, j'ai eu envie de vous parler d'une petite BD d'un auteur que vous connaissez peut-être si vous avez des enfants.
Stephanie Blake est l'auteur d'albums que les enfants aiment beaucoup en général comme Caca boudin.
Ce n'est pas un des préférés chez nous, mais on aime bien le lire de temps en temps et ce lapin malpoli est plutôt rigolo.
Quand j'ai vu que cette auteure sortait un livre pour adultes, j'ai été curieuse de le lire.

Siri et Philip sont un couple moderne. 
Il travaille à domicile et écrit des scénarios (enfin, il essaie), ce qui ne lui rapporte pas grand chose.
Il est donc plutôt père au foyer quand sa femme gagne de l'argent pour tous.  
Leur vie pourrait être sympa s'il reconnaissait davantage son travail, s'il la respectait mieux et si la vie de Siri avait plus de piquant. 
Elle s'interroge, se demande comment améliorer la situation... 

Les 110 pages de cette BD s'enchainent sur un ton qui se veut cocasse mais un peu désabusé.
Siri est une femme de notre époque, qui a réussi, qui mène tout de front, son travail et ses trois enfants.
Mais elle se sent un peu délaissée par son mari.
Elle se propose donc de sauver son couple, ou tout au moins de le tenter.
Les leçons n'en sont pas vraiment, mais ce sont des situations où Siri ou son mari Philip sont mis en scène d'une façon amusante.
Certaines sont très drôles, et j'ai souri souvent.
On ne peut que se retrouver dans certaines scènes, surtout quand on a soi-même un mari au foyer qui a un petit boulot tout en s'occupant des enfants.
Et puis la quarantaine, les remises en question, tout ça tout ça...
C'est finalement assez universel.

Le dessin est fidèle à l'auteur.
Les lapins sont toujours aussi rigolos, surtout déclinés dans une famille entière.
Evidemment, il faut adhérer parce que c'est parfois un peu too much.
Et puis Stephanie Blake se laisse aller à ses penchants pour les gros mots mais dans une version adulte assez rafraichissante.
Les pages sont découpés par une grille à la main ou les dessins sont disposés sur la page.
Cela apporte un peu de fraicheur et c'est assez conforme à ce qu'on attend de Stephanie Blake.

J'ai donc passé un bon moment dans ces pages, c'est frais et léger, mais peut-être un peu trop léger par moment.
La fin m'a laissé sur ma faim et j'aurais aimé en lire davantage.
Mais pour une soirée d'été, c'est parfait :)











Merci à Fayard/Mazarine
 et Netgalley 
pour cette lecture




lundi 22 août 2016

Romanesque de Tonino Benacquista [Rentrée littéraire 2016]

Il y a bien longtemps, Benacquista était un de mes auteurs fétiches.
J'étais étudiante, il commençait à être reconnu pour ses "romans romans", mais c'est par le roman policier que je l'ai découvert.
Et puis j'ai lu Quelqu'un d'autre et Saga, deux romans qui m'ont vraiment marqués !
Le passage d'un genre à l'autre n'est pas toujours simple et plusieurs auteurs s'y sont essayé sans succès.
Benacquista, au contraire, y réussit fort bien et son passage dans la "blanche" de Gallimard est un emblème de l'évolution qui est en cours.

Quand Babelio m'a proposé de lire le dernier roman de Benacquista, je n'ai pas hésité.
J'ai tout misé sur le nom et le souvenir que j'avais de ces textes aux constructions soignées dont les mots s'agençaient si bien.
Mais le souvenir allait-il être à la hauteur de cette nouvelle lecture ?

Alors qu'ils fuient et essaient d'atteindre la frontière canadienne, un couple de Français est attiré par une affiche de théâtre. 
"Les mariés malgré eux" promet un spectacle sans prétention, dans une petite ville et un petit théâtre, mais le sujet leur plait et le Canada peut bien attendre quelques heures. 
Sur la scène se déroule un récit tragique, où un couple d'amants se retrouve pris dans la tourmente d'une foule agacée par leur bonheur tranquille. 
Comment supporter en effet que cette femme et cet homme vivent hors du monde, qu'ils se soient soustraits à la société, qu'ils parviennent à vivre sans ployer sous le joug des puissants ? 
Il faut faire quelque chose et agir pour rétablir l'ordre dans le village... 

Bon, je cesse le suspens, j'ai adoré !
L'écriture de Benacquista est forte et belle.
Il nous emmène dans son histoire par petits pas et puis se lance dans un texte lyrique et magnifiquement écrit.
Les premières pages sur la cavale de ce couple m'ont laissé un peu de marbre, je l'avoue, et puis il passe à l'évocation d'un Moyen Age noir et tragique où ce second couple est balloté par ceux qui ne supportent pas la vue de leur mode de vie si différent.
Les récits se brouillent, on se prend à vouloir rester au Moyen Age, mais le présent fait des incursions et nous rappellent que le tragique est partout.
Un peu de suspense savamment distillé nous rappelle les origines noires des premiers romans de Benacquista sans en faire trop.
Une réussite !

Et puis ce qui est drôle (ou juste pathétique), c'est que cette histoire me semble vraiment dans l'air du temps.
Ces dernières semaines, dans des discussions diverses et variées, j'ai eu plusieurs fois l'occasion d'entendre ou de dire moi-même que ce serait tellement bien si on fichait la paix aux gens, si on nous laissait vivre en paix, quelque soit nos choix de vie tant que cela n'affecte pas les autres.
Or dans ce roman, l'histoire contée dans la pièce de théâtre (qui est en réalité racontée par le

narrateur, ne vous attendez pas à lire du théâtre) parle justement de cela.
Les deux amoureux vivent en autarcie, sans sortir ou presque, se nourrissant de la chasse et la cueillette, comme aux premiers temps.
Mais cela dérange, c'est étonnant ces gens qui ne vivent pas comme les autres, qui ne se soumettent pas à la société.
C'est alors que tout bascule.
Cette situation semble insupportable à ceux qui payent des impôts, vont à la messe, saluent leur seigneur, meurent de faim et de froid, subissent la terreur des puissants.
Comment supporter en effet de voir des gens heureux qui ne demandent rien à personne (et qu'on ne voit pas beaucoup en plus !) ?
Rien ne change.
Plaignez-vous quand vous voyez vos voisins, n'oubliez pas de sortir pour qu'on vous voit et qu'on suppose que vous aussi vous vous soumettez à la routine quotidienne.
Ne choisissez pas les chemins de traverse où vous risquez la vindicte populaire.

Les romans éternels, ceux qui nous parlent toujours 200 ans après avoir été écrits sont ceux que l'on dit "classiques".
Je ne sais pas si celui-ci le deviendra, mais en tout cas, il est tellement intemporel tout en étant inscrit dans notre temps que vous serez sûrement happé par ce récit et cette écriture si belle.

C'est pour moi une magnifique plongée dans la rentrée littéraire version 2016 et je ne peux que vous le conseiller à mon tour !!

Bonne lecture !!



tous les livres sur Babelio.com








vendredi 19 août 2016

Oups !!


Il semblerait que je soit tombée dans une faille spatio-temporelle cette semaine... 

Bon, ce n'est pas grave hein, 
on dira que c'est la faute du soleil qui était de passage, 
des romans que j'ai fini, 
des vacances un peu aussi, 

et puis sur l'autre blog, il y a eu un billet... 

Mais par ici, désolée, je n'ai pas eu envie. 
Ça arrive parfois. 
J'ai raccroché ! 
😁




On dira que c'était ma semaine de vacances, 
vous aurez un billet méditation la semaine prochaine ET un billet roman !! 
Ça vaut le coup, non ? 

Allez, en attendant, je file rejoindre mon roman... 

Bonne rentrée littéraire ! 
Ou pas ! 





Une petite chanson pour me faire pardonner. 








LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...