lundi 10 septembre 2018

Cette photo de plage


© Gabriel Augusto
En rangeant les photos, elle était tombée sur ce cliché pris en août 1932.
Elle se souvenait très bien de cette journée de fin d’été.
Ils avaient décidé sur un coup de tête d’aller à la plage.
C’était épique à l’époque, pas comme aujourd’hui où une heure suffit pour assouvir un besoin d’air iodé.
Il fallait prévoir au moins une journée pour en profiter.
Ils avaient demandé à Yvonne si elle pouvait leur préparer de quoi manger.
Evidemment, elle s’était exécutée et leur avait délivré un festin contenu dans trois paniers d’osier au moment du départ.
La voiture de Ghislain était rouge, elle brillait sous le soleil.
Tout le monde était monté à bord et le moteur avait fait un bruit assourdissant.
Plusieurs heures et quelques frayeurs plus tard, ils étaient arrivés.
Elle s’était précipitée sur la plage et avait enlevé ses souliers.
L’air chaud l’électrisait.
Ces rayons de soleil sur sa peau lui donnaient l’impression de renaitre.
C’était chaque fois pareil.
Elle plongeait ses doigts de pied dans le sable et sentait les petits grains chauds qui coulaient sur ses pieds.
C’était une sensation unique.
Elle se laissait alors prendre par le plaisir d’un moment volé à son éducation si stricte.
Si sa sœur lui servait de chaperon, elle n’allait pas pour autant la priver de cette liberté et elle l’en avait toujours remercié pour cette jeunesse si belle.
Ils avaient déjeuné dans le sable, et puis Paul avait raconté être allé à l’opéra la veille et avoir vu une danseuse qui lui semblait aussi légère qu’un papillon.
Evidemment, il fallait lui prouver qu’elles étaient capables elles aussi de l’impressionner et elles étaient parties dans une danse endiablée.
Les jupes volaient, les tissus dansaient autour d’elles.
La peau s’offrait au soleil et Ghislain avait sorti son appareil photo.
Elle avait vu le cliché longtemps après cette journée mémorable.
* Quand la voiture était sortie de la route, les bagages n’avaient pas bougé et la pellicule avait pu être développée.
Il ne restait plus qu’elle et ces quelques photos pour le raconter.


Bon, pour une rentrée, c’est une fin qui s’annonçait depuis le début du texte mais qui n’est pas bien gaie alors si vous voulez, en voici une autre.

* L’été s’en était allé, sa sœur s’était mariée avec Paul, Ghislain avait choisi une autre vie.
Elle l’avait revu quelques mois plus tard, alors qu’il passait à Paris.
C’est là qu’il lui avait confié cette photo avec ces quelques mots inscrits au dos « à toi, jamais et toujours ».


C’est mieux, non ?
En tout cas, c’est un peu moins triste
Et nous voilà repartis pour une année d’ateliers d’écriture que je suivrai au fil de mes inspirations, et du temps disponible. 

D'autres textes chez Leiloona... 



10 commentaires:

  1. La deuxième fin est moins triste, quoique.
    Le souvenir reste intact dans le temps. La liberté s'inscrit sur papier photo. Ça c'est très joli et joliment raconté.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci, les souvenirs ont même tendance à se bonifier avec le temps quand ils sont agréables :^)

      Effacer
  2. Ah oui, je vote pour la deuxième fin :) !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, je trouve aussi que c'est mieux en relisant ;^)

      Effacer
  3. Ecriture interactive avec les 2 fins ? ;-) aucune préference, le principal fut d'apprécier ta plume et ton histoire. J'ai bp aimé la description de la danse ! Nady

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci Nady :^) Avec quelques jours de repos, je crois que j'aurais choisi la deuxième pour une version définitive ;^)

      Effacer
  4. Arghh les photos qui disent la vie, tandis que la mort est là... No comment.

    Merci d'avoir fait ta rentrée avec nous. Je sens bien le carcan de la famille duquel on veut s'échapper.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Les photos, c'est parfois un piège (voire même toujours ;^) ). C'est un moment figé, un temps qui ne reviendra plus, une source perpétuelle de mélancolie.

      Effacer
  5. Très sympa l'idée de choisir la fin qu'on préfère !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je le referai peut-être ;^) J'ai tendance à écrire des fins assez définitives, mais c'est bien aussi quand on peut choisir.

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...